Lisette Ibanez, chercheuse à l’Université de Montpellier nous parle d’un label concernant les offres d’électricité verte

par | Nov 19, 2019 | Interviews

Pouvez-vous vous présenter ainsi que vos fonctions ?

Je suis Lisette Ibanez. Je suis chercheuse à l’INRA depuis plus de 20 ans. J’ai été recrutée à Nancy dans un laboratoire d’économie forestière où je me suis spécialisée dans l’écocertification des forêts. Puis je me suis orientée de plus en plus vers le consommateur car ce sont eux qui sont la clé de la réussite de tout ce qui est prise en compte de l’environnement. Actuellement je travaille au CEE-M (centre économie et laboratoire de Montpellier) et je m’intéresse à l’économie expérimentale. Mes domaines d’applications sont les déchets et l’efficacité énergétique des bâtiments.

 

Quels seraient pour vous les critères importants d’un label concernant les offres d’électricité verte ?

C’est très difficile d’y répondre, à mon avis il faut une compétence technique pour pouvoir déterminer cela car il faut prendre en compte l’ACV (analyse cycle de vie) d’un produit. De plus, il y a des impacts environnementaux du fait qu’on utilise l’énergie. Maintenant est-ce que l’on peut atteindre l’idéal ? Certainement pas. Là où l’économiste intervient c’est de savoir quand on définit un critère, que le coût de sa mise en place peut être surmonté. Si ce coût est beaucoup trop élevé par rapport à ce que ça rapporte en termes de bénéfice social, ça ne marchera pas. C’est important de donner une valeur à chaque critère pour voir ce qu’il peut apporter à l’environnement. Ensuite le coût de vérification est alors à prendre en compte car c’est l’organisme qui certifie qui doit vérifier que les entreprises respectent les critères définis.

Poteaux électriques

Image par Michael Schwarzenberger de Pixabay 

Un label peut-il inciter les consommateurs à choisir de l’électricité verte ?

Il semblerait que le consommateur y soit de plus en plus sensible. Il existe des astuces pour inciter à choisir une offre. C’est sur cela que moi je travaille. C’est donner des « coups de pouce » au consommateur, par exemple donner une indication par rapport à la norme sociale (vos voisins ont déjà souscrit à….). Ce serait donner de l’information au consommateur sur sa consommation par rapport à la société. De nombreuses études expérimentales ont été faite là-dessus où il semblerait que le consommateur a vraiment une envie de consommer de l’électricité verte.

 

 À part la confiance, pensez-vous qu’il y a d’autres effets positifs d’un label ?

Les côtés positifs sont très évidents, il y a un bénéfice sur l’environnement et l’individu va intégrer peu à peu un comportement respectueux de l’environnement. Je vois deux effets négatifs possible. En général le consommateur, quand il utilise une ressource non renouvelable, va avoir une certaine culpabilité et il va être modéré dans sa consommation. S’il consomme un label vert, il va se déculpabiliser et il se peut qu’il aille surconsommer. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond. C’est un risque étant donné que l’électricité verte n’est pas sans impact sur l’environnement. La surconsommation du fait du label vert risque d’être plus importante, et donc au final de faire plus de mal que de bien. De plus, lorsqu’un individu fait quelque chose de bien il s’autorise après à faire quelque chose de moins vertueux. Donc le fait que je consomme de l’électricité verte peut m’inciter à aller polluer ailleurs. Mais cela s’applique dans tous les domaines.

panneau solaire

 

Pour vous, un label peut-il faciliter la transition énergétique ?

C’est un moyen oui. Mais moi ce que je vois dans un label c’est que c’est un signal du coté de la demande. Souvent le consommateur le perçoit comme un coté marketing de l’entreprise. Il y a beaucoup de méfiance par rapport à ça. Ils se demandent si les entreprises font ça pour se distinguer et faire des plus-values ou par éthique, d’autant plus lorsque ce sont les entreprises qui créent leur propre label.

 

Les offres d’électricité verte vous paraissent-elles claires et transparente ?

D’un point de vue personnel, je trouve cela très flou. Je ne travaille pas dessus donc c’est seulement l’impression que j’en ai. Quand je suis démarché par un fournisseur j’ai beaucoup mal à faire confiance à la personne.

 

Merci à Lisette Ibanez pour cette interview réalisée par Guilhem Masson.

Vous pouvez aussi participer à la transition énergétique en partageant cet article !

Nos dernières publications 📰 

Les offres d'électricité passées au crible

Pour vous aider à trouver le fournisseur et l'offre qui vous correspond, nous avons développé un comparateur d'offres d'électricité basé sur l'origine de l'électricité. Retrouvez toutes les offres disponibles en France triées en 3 catégories : électricité 100% verte française, électricité 100% verte européenne et électricité grise. Ainsi vous pouvez être certain du type d'électricité que vous choisissez !

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

 🧰

On facilite à tous le changement vers une offre d'électricité verte.

Utiliser notre comparateur.

On explique comment l'électricité verte fonctionne vraiment.

Consulter nos dossiers.

🌍

On remet l'électricité au centre des questions environnementales.

Lire notre plaidoyer.

Ça vous a plu ?

Partagez cet article avec vos proches !