Les énergies renouvelables créent de l’emploi !

par | Mar 31, 2020 | Actualités

Aujourd’hui nous allons parler emploi. Mais pas n’importe quels emplois : ceux directement générés par le développement et l’exploitation des énergies renouvelables. Et il y a de quoi dire : en 2018, près de 11 millions de personnes dans le monde occupaient un poste lié de près ou de loin à la filière du renouvelable ! Un chiffre qui ne cesse de croître d’année en année… Alors chez QuiEstVert nous avons pris le rapport annuel de l’IRENA sous le bras et l’avons décrypté pour vous !

 

 

Energies renouvelables et emploi : que faut-il retenir ?

En début d’année, l’IRENA (International Renewable Energy Agency) publiait la 6ème édition de son rapport. Ce dernier – comme les précédents – fait le lien entre énergies renouvelables et emploi créés à l’échelle mondiale.

Avant d’aller plus loin dans l’analyse, notamment par technologies et par pays, voici les 3 grandes informations qu’il faut retenir :

  • En 2018, les énergies renouvelables ont permis d’employer 11 millions de personnes à travers le monde. Un chiffre en augmentation de 6,80% par rapport à l’année précédente soit près de 700 000 emplois nets de nouveaux.
  • Ces emplois se concentrent essentiellement dans un petit nombre de pays. Parmi eux : la Chine en tête avec 39% des emplois mondiaux, le Brésil, les Etats-Unis, l’Inde et quelques pays de l’Union Européenne.
  • La filière du photovoltaïque est de loin la filière qui génère le plus d’emplois. En effet, elle représente 1/3 des personnes embauchées dans les EnR et dans le monde.

ce que l'on retient du rapport de l'IRENA sur les emplois créés par les énergies renouvelables

De manière générale, l’IRENA met l’accent sur une nécessité claire : l’engagement et les efforts consacrés au développement des énergies renouvelables doivent résulter d’une réelle étroite collaboration entre politiques publiques et entreprises privées. Au-delà des facteurs environnementaux et économiques, il ne faut pas oublier que les énergies renouvelables intègrent pleinement les dimensions politique et sociale.

Exemple des éoliennes

Les pays de l’Union Européenne sont aujourd’hui les leaders en termes d’installations d’éoliennes (le Danemark en tête). Pourtant, la Chine demeure le pays qui crée le plus d’emplois dans la filière. La raison : les pays européens ne produisent pas leurs éoliennes sur leurs territoires, ils les construisent en Asie. Comme dans de nombreux secteurs, les raisons de ce phénomène sont directement liées à la compétitivité des coûts de production.

👉 Et c’est précisément là que l’IRENA attire notre attention : cette pression sur les coûts a des conséquences directes sur la qualité des produits et la formation de la main d’œuvre, souvent moins qualifiée. C’est pourquoi l’équilibre entre économie, politique, social et environnement est un enjeu de taille sur le marché des énergies renouvelables.

 

Zoom sur les emplois créés dans les énergies renouvelables

Le photovoltaïque en tête

Commençons par la filière du photovoltaïque. C’est en effet celle qui génère le plus d’emplois à l’échelle mondiale avec 3,6 millions de salariés, et une puissance installée de 94 GW sur la seule année 2018. Parmi les 10 pays qui génèrent le plus d’emplois, il est intéressant de noter que 8 d’entre eux sont asiatiques (en comptant ici la Turquie). En tête, la Chine reste de loin le pays qui emploie le plus de personnes : 2,2 millions, soit 2/3 des postes liés à l’industrie du photovoltaïque.

La Chine est ainsi devenue un rôle modèle de l’industrie photovoltaïque. On explique ce succès par la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement efficace, couplée à un soutien local, provincial et gouvernemental fort et par le développement à grande échelle d’usines de production de panneaux solaires. Bel exemple de ces efforts : la région du delta du Yangzi, qui a réussi avec brio à créer un bassin économique riche. Pour ce faire, la région a misé sur des clusters d’entreprises spécialisées dans le solaire, des industries de verre (80% de la composition d’un panneau solaire), d’aluminium et de silicium locales qui permettent d’assurer des approvisionnements intermédiaires efficaces et à bas coûts.

Suivi des biocarburants

Les biocarburants sont une énergie encore peu exploitée en Europe. Néanmoins ils constituent la deuxième filière qui embauche le plus de personnes au monde… Avec un total de 2 millions d’emplois (+ 6% par rapport à l’année précédente) ! En tête, le Brésil qui permet l’emploi de 832 000 personnes à lui tout seul.

Qu’en est-il de la filière éolienne ?

Au total (en comptant l’éolien sur terre et en mer), la filière éolienne génère près d’1,2 million d’emplois dans le monde. Là encore, c’est un petit nombre de pays (5) qui concentre la très grande majorité des emplois (75%). Et cocorico, puisque la France figure dans le top 10 (9ème position) de ces pays qui embauchent le plus dans la filière.

Toujours sur 2018, la capacité nouvellement installée s’est élevée à 540 GW pour l’éolien terrestre et 23 GW pour l’éolien maritime. Ce dernier n’est cependant pas en reste, puisqu’il a fait l’objet de plusieurs investissements : 11,4 milliards de dollars investis par la Chine, mais aussi 3,3 milliards de dollars mis sur la table pour des projets éoliens offshore européens.

Et de l’hydraulique ?

La filière hydraulique reste de loin celle qui possède la plus grande capacité installée. Elle représente en effet 50% de la production d’énergie renouvelable au monde ! A noter que cette part tend à diminuer en raison du développement des autres technologies, notamment du photovoltaïque et de l’éolien.
Côté emploi, le rapport estime que la filière hydraulique (petite et grande confondues) emploie plus de 2 millions de personnes. Ce qui n’est pas à négliger…

 

Emplois créés dans les énergies renouvelables par technologie

Répartition de la création d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables, par pays – 2017 IRENA

 

Quelle place prennent les pays sur la scène mondiale ?

La chine, premier créateur d'emplois dans les énergies renouvelables N°1 des créateurs d’emplois dans les EnR : la Chine
La Chine reste incontestablement (et pour quasiment toutes les technologies), le pays qui compte le plus d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables. En 2018, ce nombre s’élevait ainsi à 4,1 millions d’emplois, soit 39% du total mondial. Un bon signe pour une nation qui dans tous les esprits est un des plus gros pollueurs.

le brésil deuxième créateur d'emplois dans les énergies renouvelables N°2 : le Brésil
Avec 1,1 million d’emplois générés dans les énergies renouvelables, le Brésil est le challenger de ce classement. Une place qu’il doit en grande partie à la filière des biocarburants. Notons que l’éolien présente un secteur à potentiel pour le pays, mais que le manque de compétences et donc de main d’oeuvre qualifiée, est à ce jour la principale barrière à la création d’emploi.

Les emplois dans les énergies renouvelables créés par les usa N°3 : les Etats Unis
Du côté des Etats-Unis, les emplois liés aux énergies renouvelables (855 000 au total) sont avant tout générés par les biocarburants, le solaire et l’éolien. A noter que durant l’année, les incertitudes liées à la politique tarifaire du pays ont retardé pendant un temps plusieurs projets à grande échelle.

répartition des créations d'emplois dans le secteur des énergies renouvelables par pays

Répartition de la création d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables, par pays – 2017

 

Et l’Europe dans tout ça ?

Les données les plus récentes retranscrites dans le rapport concernant l’Union Européenne datent de 2017. Cette année là, les pays européens généraient plus d’1,2 million d’emplois dans le secteur des EnR. Parmi les pays porteurs, on retrouve l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume Uni, l’Italie et … La France !  Si l’on zoome sur les emplois créés par technologie, voici ce que l’on retient :

  • La filière éolienne (offshore comprise) participait à l’embauche en 2017 de plus de 314 000 personnes. En tête de cette industrie, le Royaume Uni, l’Allemagne et le Danemark. A noter que le Danemark, l’Allemagne et l’Espagne représentent 86% des exports mondiaux de la filière.
  • En 2017, le photovoltaïque employait plus de 95 000 personnes. Un nombre en légère baisse par rapport à l’année précédente, s’expliquant en partie par la diversification de la chaîne d’approvisionnement et le recul du nombre d’infrastructures installées à domicile.
  • Les filières biomasse et biocarburants employaient respectivement 387 000 et 230 000 personnes la même année.
  • Enfin l’énergie thermique, dont le nombre d’emploi directement liés a fortement baissé, est passée de 40 000 en 2016 à 29 300 emplois en 2017. Une forte baisse s’expliquant notamment par des politiques de réglementations restrictives et la forte concurrence du chauffage au gaz et des pompes à chaleur.

Des différences de stratégie entre l’Europe et la Chine

Il faut bien noter ici la différence entre la stratégie économique des acteurs européens et celle de la Chine. Des pays européens comme le Danemark, l’Allemagne, le Royaume-Uni ou encore l’Espagne, sont aujourd’hui les leaders mondiaux de l’éolien et exportent hors d’Europe la majeure partie de leurs installations. Or ces dernières sont majoritairement produites en Chine. Ainsi, les emplois nécessaires à l’export d’éoliennes ne sont pas créés dans les pays européens – d’où les entreprises sont originaires, mais bien dans les pays où elles sont produites et installées, donc majoritairement en Asie (et non en Europe !).

A l’opposé, la Chine qui – comme on l’a vu – est un acteur majeur de la production d’installations renouvelables, installe une grande partie de ses installations renouvelables directement sur place. Installations qu’elle a donc elle-même produites. Un bel exemple de transition énergétique qui crée de la richesse et de l’emploi localement !

 

La France reste un petit acteur, mais avec du potentiel

Concluons par la France. Acteur encore timide sur le secteur des énergie renouvelables en général, notre pays présente cependant un réel potentiel, en particulier en ce qui concerne la filière éolienne. En effet, en 2018, l’éolien a permis l’emploi de 17 100 personnes au total sur notre territoire. Un chiffre qui reste faible en comparaison avec certains voisins européens, mais qui tend à augmenter au fil des années (+ 37% par rapport à 2014).

la france, un pays à potentiel pour la filière éolienne

Zoomons sur la filière offshore si vous le voulez bien : dans un récent dossier en deux parties, nous rappelions que la France est aujourd’hui le deuxième gisement éolien offshore d’Europe ! Et nos politiques l’ont bien compris, puisque depuis 2011, 3 appels d’offres ont été lancés pour la création de 7 parcs éoliens au large de nos côtes, soit un total de plus de 3 GW installés (dont 2 projets déjà lancés) ! Des projets qui permettraient ainsi de créer plus de 10 000 emplois directs (et oui, quand même).

Hormis sur nos côtes, notons enfin que les énergies renouvelables permettent de booster l’activité et l’emploi de nombreuses régions :

  • Le bassin parisien qui abrite de postes bureaucratiques, en raison des nombreux sièges qu’il regroupe,
  • La région Nord-Est qui elle accueille 50% des centrales à énergies renouvelables du pays, donc beaucoup d’emploi liés à la manutention,
  • Les régions Auvergne Rhône-Alpes, Occitanie et PACA, qui regroupent à elles seules 79% de la puissance hydraulique du pays. Rappelons qu’en 2017, la France comptait plus de 2 000 installations hydro-électriques, pour une puissance installée de 25,5 GW (1ère source d’électricité renouvelable en France).

 

Conclusion

Dans un dossier complet dédié aux énergies renouvelables que nous avons publié en octobre dernier, nous nous penchions déjà sur la question des emplois liés aux EnR. Dans un tableau calculant le ratio entre production et création d’emplois, les constats étaient clairs : regroupées, les EnR emploient davantage de personnes que le nucléaire (2017). En effet, pour 100 GWh d’électricité produite, le nucléaire emploie 172 personnes quand le renouvelable en emploie 195. Là encore, une preuve du potentiel socio-économique des EnR et un argument de plus en faveur de la transition énergétique.

Et dans cette transition énergétique, nous avons tous un rôle à jouer ! Comment ? En faisant le choix de consommer de l’électricité 100% d’origine renouvelable. Et mieux encore, vous pouvez créer un cercle vertueux en choisissant de consommer de l’électricité renouvelable française. Vous financerez ainsi la maintenance et le développement de moyens de production… Qui créeront de l’emploi chez nous !

 

Note : hormis précisions spécifiques, toutes les données retranscrites dans cet article concernent l’année 2018.

Sources :
 
 

Vous pouvez aussi participer à la transition énergétique en partageant cet article !

Nos dernières publications 📰 

Les offres d'électricité passées au crible

Pour vous aider à trouver le fournisseur et l'offre qui vous correspond, nous avons développé un comparateur d'offres d'électricité basé sur l'origine de l'électricité. Retrouvez toutes les offres disponibles en France triées en 3 catégories : électricité 100% verte française, électricité 100% verte européenne et électricité grise. Ainsi vous pouvez être certain du type d'électricité que vous choisissez !

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

 🧰

On facilite à tous le changement vers une offre d'électricité verte.

Utiliser notre comparateur.

On explique comment l'électricité verte fonctionne vraiment.

Consulter nos dossiers.

🌍

On remet l'électricité au centre des questions environnementales.

Lire notre plaidoyer.

Ça vous a plu ?

Partagez cet article avec vos proches !