Effet de serre, réchauffement climatique et électricité : tout pour y voir plus clair

par | Oct 22, 2019

Quand on entend parler de réchauffement climatique, pollution et effet de serre vont souvent de pair. Mais qu’entend-on vraiment par « effet de serre » ? Phénomène naturel à l’origine, en quoi constitue-t-il  une cause du réchauffement climatique ? Et surtout, quelle en est la source ?

L’effet de serre naturel.

L’effet de serre est un phénomène naturel indispensable à la vie sur terre car il permet de conserver une température moyenne de 15°C. Sans lui, la température de notre planète serait de -18°C.
Mais comment cela est-il possible ? La Terre reçoit de l’énergie provenant du soleil. Une partie de cette énergie est renvoyée vers l’espace et l’autre partie est « absorbée » par la Terre et son atmosphère. En effet, dans l’atmosphère terrestre plusieurs gaz dits  gaz à effet de serre (GES) forment une « barrière » et permettent de retenir une partie de la chaleur reçue par le soleil : c’est l’effet de serre naturel. Pour comprendre, il suffit d’imaginer la Terre comme une serre et les GES comme les vitres qui retiennent la chaleur.

 

L'effet des gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère
« Pour l’anecdote, la vapeur d’eau (H2O sous forme gazeuse) et les nuages (H2O sous forme liquide) représentent ¾ de l’effet de serre naturel de l’atmosphère terrestre. Le reste de l’effet de serre naturel provient principalement du CO2 et du CH4 présent naturellement dans l’atmosphère. »
En maintenant une partie de la chaleur sur terre, les GES ont permis il y a très longtemps l’apparition de l’eau sous forme liquide sur Terre et donc l’apparition de la vie car celle-ci est née dans l’eau.

 

Effet de serre anthropique et effet de serre additionnel

A retenir : quand on parle de changement climatique, on parle du réchauffement causé par l’effet de serre additionnel généré par les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines. 
L’Homme, au travers de ses activités, émet des GES qui viennent s’ajouter à ceux naturellement présents dans l’atmosphère. Le protocole de Kyoto recense 7 types de gaz à effet de serre qui représentent l’immense majorité des GES émis par l’homme : CO2, N2O, CH4, -PFC, HFC, SF6 et NF3 – gaz fluorés.

 

Gaz Principales sources d’émission PRG relatif à 100 ans [1]
Dioxyde de Carbone (CO2) Combustion des énergies fossiles, déforestation… 1
Méthane (CH4) Élevage, production et transports des énergies fossiles, gestion des déchets 28 à 30
Protoxyde d’azote (N2O) Intrants agricoles 265
Perfluorocarbures (PFC) Fuites de fluides frigorigènes dans les systèmes de climatisation et de froid… 6 630 à 11 100
Hydrofluorocarbures (HFC) 138 à 12 400
Hexafluorure de soufre (SF6) 23 500
Trifluorure d’azote (NF3) Gravure chimique en micro-électronique 16 100

L’impact de ces gaz sur le réchauffement climatique repose sur deux facteurs : la quantité émise et la « puissance » de réchauffement – appelée Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) – du gaz dans un laps de temps donné. Le PRG d’un gaz à effet de serre est sa capacité à « retenir » la chaleur pendant 100 ans. Car oui, le CO2 a une durée de vie de 100 ans dans l’atmosphère : le CO2 que nous émettons aujourd’hui aura un effet sur la température de la planète jusqu’en 2119 !

En gardant l’image de la serre, la capacité de réchauffement de l’atmosphère d’un gaz dépend de l’épaisseur de la vitre (la quantité de gaz émis) et de ses propriétés (PRG du gaz). Pour tenir compte de ces deux facteurs et pouvoir être additionnés les unes aux autres sans les mélanger, les émissions de GES sont calculées en tonnes équivalent CO2 (téqCO2) . Cette unité tient compte de la quantité émise du gaz et de sa capacité à retenir la chaleur en moyenne sur 100 ans. Par exemple, en termes d’impact sur le réchauffement climatique, émettre une tonne de méthane (CH4) équivaut à émettre 28 tonnes de CO2.

 

La contribution des émissions anthropiques de GES à l'effet de serre additionnel

 

Quelle est la part de l’électricité dans le réchauffement climatique ?

D’après le dernier rapport du GIEC[2] publié en 2014, la production d’électricité et de chaleur est la première source anthropique du réchauffement climatique (25%). Elle occupe la première place du podium devant l’agriculture (24%) et l’industrie (21%). Dans ces chiffres, l’ensemble des GES sont pris en compte.

 

Répartition des émissions de GES entre les secteurs économiques

Source :  5ème rapport du GIEC en 2014 – sur données 2010

 

Le Ministère du Développement Durable[3] met en avant un autre chiffre marquant sur l’électricité : l’électricité représente 39% des émissions CO2 résultant de la consommation d’énergie dans le monde.

Répartition des émissions de CO2 selon les secteurs économiques

Dans la croyance populaire seuls les transports et le chauffage aux énergies fossiles sont accablés par les émissions de gaz à effet de serre, l’énergie étant souvent oubliée.

 

En conclusion, si l’on prend en compte l’ensemble des GES émis (CO2, CH4, N20, gaz fluorés) par les activités humaines, la production d’électricité et de chaleur est responsable d’un quart de ses émissions (25%) et est le premier secteur émetteur. En prenant seulement sur le CO2 résultant de la consommation d’énergie dans le monde, l’électricité représente 39% de ces émissions, et truste également la place du secteur numéro 1. Triste bilan.
Maintenant si vous voulez faire votre part, passez à l’électricité verte !
 
 
Photo de couverture par Julie Tupas on Unsplash
 
 
[1] Sources : selon AR5 du GIEC
[2] GIEC : Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’ONU. Il regroupe actuellement 195 États.

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Ça vous a plu ?

Partagez cet article avec vos proches !