Comprendre l’augmentation du prix de l’électricité

par | Fév 11, 2022 | Actualités

Cela ne vous aura pas échappé, le prix de l’électricité a bel et bien augmenté. Fluctuations de marché, coût des matières premières, politiques intérieures et relations diplomatiques… Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, et encore moins de saisir comment tout cela peut avoir un impact sur la facture qui arrive chez vous.
Alors comment expliquer cette augmentation du prix de l’électricité ? Dans cet article, on vous aide à comprendre les dessous de cette hausse qui nous impacte tou.tes.
 

 

Marché de l’électricité : les rappels de base

Le marché français et le tarif réglementé de vente

Comment fonctionne le marché de l’électricité en France à l’heure actuelle ? Depuis 2007, le marché français est ouvert à la concurrence. A ce moment-là, le fournisseur historique – EDF – a vu l’arrivée de nouveaux fournisseurs, dits « alternatifs », avec des offres de marché. Auparavant, pour tout le monde, le prix de l’électricité était fixé par l’Etat selon le tarif réglementé de vente (= TRV). Actuellement une offre au TRV est exclusivement proposée par EDF, qui en a l’obligation.

👉 Comment le TRV est-il fixé ? C’est la Commission de Régulation de l’Énergie (= la CRE) qui calcule le TRV. Il le soumet ensuite à l’État, qui lui-même donne son feu vert final.

Aujourd’hui encore, la majorité des offres électriques destinés aux ménages français sont indexées sur le TRV. A noter que les fournisseurs alternatifs sont tout de même libres en termes de fixation de leurs prix.

Prix de l’électricité : comment se compose-t-il ?

Côté facture chez le consommateur final (vous), le prix de l’électricité se divise en trois grands postes :

  • la production de l’électricité : le marché de l’électricité détermine pour chaque demi-heure, la valeur de la production d’électricité permettant d’équilibrer le réseau.
  • l’accès au réseau électrique : ce coût intègre le Tarif d’Utilisation du Réseau Public de l’Électricité (= Turpe), fixé par la CRE, pour couvrir les coûts d’entretien et de développement des réseaux de transport et de distribution de l’électricité (gérés par RTE, Enedis et les entreprises locales de distribution) ;
  • les taxes : qui comprennent ici la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d’Electricité (TICFE) qui a intégré ce qui était historiquement la CSPE utilisée pour financer le développement des énergies renouvelables, les Taxes sur la Consommation Finale d’Électricité (= TCFE et TDCFE), la Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) et enfin, la TVA.

comprendre le prix de l'électricité sur sa facture

Et d’où vient la hausse du prix de l’électricité ?

La production marginale d’électricité, le prix du gaz, le prix du CO2

La première explication, purement liée au fonctionnement de notre réseau électrique, est le coût marginal des centrales les plus chères en fonctionnement qui détermine le prix de marché de l’électricité.

On s’explique. En cas d’augmentation de la demande d’électricité, ce qui est le cas en hiver, il est nécessaire pour le réseau de couvrir ces pics de consommation. Pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande, nous faisons appel à des centrales électriques en renfort. Ces centrales sont bien souvent des centrales fossiles et notamment à gaz, car elles sont facilement pilotables. Bien entendu, ces centrales ont un coût marginal très élevé si le prix des combustibles (gaz, pétrole) est cher. Le prix du gaz ayant considérablement augmenté, il s’est ainsi directement répercuté sur le marché de l’électricité.

Dépendance énergétique et enjeux géopolitiques

Ok, mais dans ce cas allons plus loin : comment expliquer l’envolée du prix du gaz ?

Depuis le deuxième semestre 2021, la reprise économique mondiale a fait grimper le prix directeur de l’énergie, notamment des énergies fossiles.

Par ailleurs, le gaz naturel est plus que jamais un enjeu géopolitique majeur entre l’Union Européenne et son principal fournisseur : la Russie (pays qui, rappelons-le, représente pour nous 40% des importations en gaz). Or, dans un contexte de crise ukrainienne, le pays a entamé une stratégie de rétention et refuse de faire transiter davantage de gaz via l’Ukraine, notamment en suspendant la mise en service du tout nouveau Gazoduc Nord Stream 2, inauguré en septembre dernier.

Ajoutez à cela des stocks de gaz particulièrement faibles suite à l’hiver 2020 – 2021, et vous avez des prix qui flambent.

le gaz comme explication de la hausse du prix de l'électricité

Où en est-on avec le coût des émissions de CO2 ?

Depuis 2005, l’Union Européenne a mis en place un marché du carbone pour mesurer, contrôler et réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’industrie de la production d’électricité. Les producteurs sont dans l’obligation d’acheter des permis d’émission de CO2 – aussi appelés des quotas – qui correspondent à leurs émissions.

Or, avec le renforcement des objectifs européens de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, le prix de ces quotas a considérablement grimpé : il a été multiplié par 4 depuis le mois de mars 2020. Des facteurs qui impactent directement le coût de production des centrales fossiles (dont les centrales à gaz), qui émettent énormément de CO2 à la production.

👉 Résultat : plus le prix du CO2 est élevé, plus le fait de produire de l’électricité à partir d’énergies fossile est cher.

Prix de l’électricité : quelles répercussions sur les consommateurs ?

Revenons-en aux conséquences sur le consommateur final.

Compte tenu du contexte expliqué au-dessus, le 19 janvier dernier, la CRE recommandait à l’État de procéder à une augmentation des TRV électriques. Une augmentation moyenne de +44,7% hors taxes, soit +35% TTC pour le consommateur, qui n’a pas eu lieu et s’est finalement chiffrée à +4% le 1er février dernier.

Comment l’État a-t-il réussi à contenir cette augmentation ?

Finalement, le raisonnement du gouvernement français a été plutôt simple. Rappelez-vous des 3 postes qui composent votre facture : si le prix de l’électricité augmente, que les fournisseurs doivent bien survivre, il ne reste qu’un seul levier actionnable… Celui des taxes.

L’État a d’abord décidé d’agir sur la TICFE (Taxe Intérieure sur la Consommation d’Électricité), en l’abaissant de 22,50€ à 1€ (le minimum légal). Un effort fiscal de 8 milliards d’euros supporté par l’État donc, et permettant de compenser une partie de la hausse du prix du marché de l’électricité.

Dans un second temps le gouvernement a imposé à EDF de vendre davantage d’électricité aux fournisseurs alternatifs et ce, à des prix bien inférieurs que ceux pratiqués sur le marché (46€ le MWh contre 200 à 600€ le MWh sur le marché). Dans le cadre du dispositif de l’ARENH, ce sont donc 120 TWh qui seront mis à disposition des fournisseurs, au lieu de 100 TWh en temps normal. A noter que les fournisseurs sont tenus de répercuter automatiquement et intégralement les bénéfices perçus sur le consommateur final. Une mesure qui coûtera ainsi entre 7,7 et 8,4 milliards d’euros à EDF.

prix de l'électricité et développement des énergies renouvelables

Les conséquences sur le développement des énergies renouvelables

Quelles sont les répercussions sur le financement des énergies renouvelables en France ?

En France, les énergies renouvelables (EnR) sont en grande partie financées grâce aux subventions, elles-mêmes issues des taxes assumées par les contribuables français. En 2019, 5,135 Mds € ont été débloqués grâce à la TICFE/CSPE pour soutenir la production renouvelable [1]. Une taxe importante donc, qui se trouve donc aujourd’hui réduite à son strict minimum.

On peut deviner sans peine que les montants qui seront attribués au développement des énergies renouvelables seront largement revus à la baisse en 2022. Ce qui, vous l’aurez compris, est un très mauvais signal envoyé à l’industrie du renouvelable. Notons enfin qu’en continuant sur cette lancée, il sera très compliquer d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur lesquels nous nous sommes engagés d’ici 2030.

Un système de financement du renouvelable à revoir ?

L’une des choses que l’on peut retenir de cette crise d’énergie – au-delà de notre dépendance vis à vis des puissances énergétiques mondiales – c’est la limite évidente de notre politique de soutien des EnR en France. Pourquoi ? L’écologie punitive que représentent les taxes et la subvention sont des mécanismes de financement qui varient continuellement en fonction des décisions et élections politiques. Le développement des énergies renouvelables nécessite quant à lui un financement stable et pérenne sur le long terme.

👉  La question est donc posée : doit-on continuer à financer les EnR par les taxes et les subventions ? Ou bien doit-on soutenir des mécanismes de marché volontaire qui ont déjà fait leurs preuves chez certains voisins européens ?

Nous y répondons dans l’une de nos dernières réactions : Mécanismes de marché versus taxes et subventions, que choisir ?

 

Sources :
Le Monde ; « Comprendre d’où vient la hausse de l’électricité et pourquoi elle aurait dû être bien plus élevée »
Connaissance des énergies ; « Vers une envolée des prix du gaz et de l’électricité »
[1] CRE ; « Financement du soutien aux EnR »

Photo by Jonathan Daniels ; Ria Puskas ; Mārtiņš Zemlickis

Vous pouvez aussi participer à la transition énergétique en partageant cet article !

Nos dernières publications 📰 

Les offres d'électricité passées au crible

Pour vous aider à trouver le fournisseur et l'offre qui vous correspond, nous avons développé un comparateur d'offres d'électricité basé sur l'origine de l'électricité. Retrouvez toutes les offres disponibles en France triées en 3 catégories : électricité 100% verte française, électricité 100% verte européenne et électricité grise. Ainsi vous pouvez être certain du type d'électricité que vous choisissez !

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 13% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

Logo de QuiEstVert noir et vert

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait 💪

 💡

Accompagnement au passage à l'électricité verte

On explique au grand public et aux professionnels comment passer à l'électricité verte.

Utiliser notre comparateur

Consulter notre annuaire

🔎

Pédagogie
et transparence

On propose un large panel de contenus, accessibles ou techniques, sur l’électricité et les énergies renouvelables.

Consulter nos publications

💬

Influence
et lobby

QuiEstVert est le porte-parole de ses membres, veille et réagit aux actualités du marché de l'électricité verte.

Voir nos actions de lobby

Ça vous a plu ?

Partagez cet article avec vos proches !