Dania Piccioli, gestionnaire client de Garantie d’Origine chez Nvalue

par | Nov 19, 2019

Pouvez-vous vous présenter ainsi que la nature de vos fonctions ?

Je suis Dania Piccioli. Je travaille chez Nvalue depuis 2010, où je me suis occupée de tout ce qui est gestion de portefeuille et gestion client des Garanties d’Origine (GO). Aujourd’hui je suis membre du management, responsable de la communication et du marketing et au niveau opératif, du marché Suisse. Nvalue est une société Suisse qui est active depuis 2008 dans le commerce d’énergie renouvelable. On travaille avec les producteurs d’énergies 100% renouvelables pour lesquels on fait de la gestion de portefeuille ainsi que de la valorisation des GO dans le marché européen, principalement chez les fournisseurs d’électricité et aussi de plus en plus chez des clients grands comptes qui s’engagent en achetant de l’énergie renouvelable pour des raisons de responsabilité sociale et de marketing. Nous sommes actifs aussi dans d’autres marchés environnementaux et nous faisons du négoce de l’électricité physique court terme sur les principales bourses européennes.  

 

Y a-t-il un engouement pour les énergies renouvelables de la part des consommateurs ?

Oui, j’observe que de plus en plus de consommateurs sont intéressés à la question, et cela principalement grâce aux campagnes de sensibilisation des dernières 20-30 années. Cependant aujourd’hui, grâce à internet, tout type d’information est accessible à tout le monde, ce qui se traduit des fois dans du terrorisme climatique qui pourrait engendrer des sentiments de désespoir. L’effet risquerait alors d’être l’inverse, à la place de plus s’engager dans des comportements et mesures pour réduire les effets du réchauffement climatique, on laisse tomber, car « il n’y a plus rien à faire ». À mon avis il est donc important que les gouvernements et les acteurs des marchés énergétiques investissent davantage dans la communication pour que l’information qui arrive aux consommateurs soit correcte.

 

Pensez-vous que les GO sont un bon moyen pour récompenser les producteurs d’énergies renouvelables ?

Je pense que c’est le seul, et un bon moyen pour permettre aux consommateurs de choisir l’électricité qu’ils préfèrent. C’est un outil qui permet de développer la demande, qui devrait ensuite développer l’offre. On peut bien dire aux producteurs qu’il y a la GO, mais s’il n’est pas possible de leur assurer la vente de la GO, car il n’y a pas de demande, ils ne peuvent pas tirer du bénéfice additionnel de la vente de cette GO. Donc sans la demande, ce n’est pas un bon moyen pour récompenser les producteurs.

éoliennesImage par Free-Photos de Pixabay 

Pensez-vous que les GO sont un bon moyen pour faciliter la transition énergétique ?

Oui, mais il faut que le consommateur comprenne le système. Il faut investir dans la communication, lui expliquer comment le système fonctionne, comment la GO permet de lier la consommation d’électricité à la production d’électricité renouvelable. Les personnes qui ne travaillent pas dans ce secteur n’ont aucune idée de comment ce marché fonctionne, ce qui peut limiter la transition énergétique.

 

Quels seraient pour vous les moyens les plus efficaces pour inciter les consommateurs à souscrire à des contrats verts ?

Je trouve qu’il faudrait faire plus d’efforts du côté du gouvernement qui devrait investir davantage dans l’information et la pédagogie. Il faut arriver à cibler l’information qui permet de contribuer activement à la lutte contre le réchauffement climatique et insister sur la consommation d’énergie renouvelable ainsi que sur toutes les petites actions que l’on peut faire au quotidien pour réduire notre impact sur l’environnement. Ce rôle pourrait et devrait être joué aussi par les entreprises opérantes dans les marchés énergétiques. Il faut plus de campagnes d’informations, introduire des cours de changement climatique dans les écoles. Si on commence chez les enfants il se peut que les adultes de demain y soient plus sensibles. De plus, introduire des mécanismes incitatifs pour motiver les ménages à consommer des énergies renouvelables, par exemple récompenser le meilleur consommateur plutôt que de pénaliser avec des amendes les mauvais comportements. Mais c’est difficile d’appliquer un tel système aux ménages, car ces derniers n’ont souvent pas la liberté de faire ce qu’ils veulent, ou bien n’ont pas le pouvoir économique ou encore ne sont pas informés. Pour inciter les ménages, il faudrait d’abord que les entités publiques soient les premières à s’engager dans la consommation d’électricité verte à titre d’exemple. Car si cela ne vient pas de nos dirigeants on ne peut pas s’attendre à ce que les gens le fassent. Il faudrait aussi développer une certaine préférence pour la consommation d’énergie locale. 

 

Une étude réalisée en Chine par Xie en 2018 indique que la transparence du gouvernement ainsi que la connaissance sur les énergies renouvelables sont des facteurs importants pour les consommateurs dans leur choix de consommation d’électricité verte. Qu’en pensez-vous ?

Je suis d’accord. Je trouve aussi que les consommateurs ont encore beaucoup de doutes sur l’impact positif de certaines technologies et sur la véritable soutenabilité des énergies renouvelables. Par exemple, je suis souvent confrontée à des doutes liés à la balance entre les bénéfices des projets photovoltaïques en termes d’impact sur les émissions de CO2 au moment de la production et consommation d’énergie, et leur impact environnemental au moment du démantèlement des panneaux une fois qu’ils ont rejoint la fin du cycle de vie. C’est la même chose pour les voitures électriques. Les gens se questionnent sur le traitement de la batterie, sur la soutenabilité en termes de technologie. Toutes ces questions annexes sont souvent un frein pour le consommateur. Selon moi il est nécessaire aller un peu au-delà de la connaissance sur les énergies renouvelables, il faudrait investir un peu plus d’effort dans le cadre global de l’information sur la soutenabilité.

 

En Suisse environ 67% de la consommation est couverte par des GO émises en correspondance de production renouvelable, alors qu’en France c’est seulement 7%. Comment expliquez-vous ce taux en Suisse ?

Tout d’abord, depuis 2018, la loi impose que la consommation d’électricité en Suisse soit couverte à 100% par des GO. Nous traçons 100% de l’électricité qui est fournie, nous émettons donc des GO pour les technologies qui ne sont pas renouvelables. Même avant, on traçait la plupart de l’électricité fournie avec des GO correspondants à de la production hydroélectrique suisse. Cela, car, d’une part le consommateur Suisse préfère consommer local (et cela en général, pas que avec l’électricité), de l’autre part, les fournisseurs d’électricité locaux étant aussi propriétaires des centrales hydroélectriques et le marché suisse n’étant pas ouvert pour les ménages, les GO correspondantes étaient automatiquement inclues dans les mix.

Merci à Dania Piccioli pour cette interview réalisée par Guilhem Masson.

Vous pouvez retrouver l’actualité de Nvalue sur : https://nvalue.ch/home.php

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Ça vous a plu ?

Partagez cet article avec vos proches !