Le directeur du E.Leclerc à Flers, Mickael Gaultier s’engage pour l’énergie et l’écologie

Le directeur du E.Leclerc à Flers, Mickael Gaultier s’engage pour l’énergie et l’écologie

Le directeur du E.Leclerc à Flers, Mickael Gaultier s’engage pour l’énergie et l’écologie

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre entreprise ? 

Je suis Mickael Gaultier, je suis le président de la SAS Sodiflers qui exploite un hypermarché que jai repris en janvier 2016 à la suite de mon père. Le magasin est sous lenseigne E. Leclerc et emploie 250 personnes. Il a ouvert en 1972 dans une ancienne usine de bonbon puis sest agrandi au fur et à mesure des années pour atteindre aujourdhui 5300 mde surface de vente et 1100m2 despace culturel. Le magasin est composé dun hypermarché, dun drive déporté et dune jardinerie. 

 

Depuis quand consommez-vous vert et quelles ont été les motivations dans cette démarche ?

Depuis une petite dizaine d’années, au départ nous avions pris 25% de notre consommation en électricité verte via notre contrat EDF. Puis depuis 2016, nous consommons 100% vert via l’achat de Garanties d’Origine en plus de notre contrat de fourniture d’électricité classique.

L’achat d’électricité verte m’a paru comme une évidence. C’est un complément à une démarche globale, pas un aboutissement en soi. La première étape a été d’abord de se certifier ISO 50001. Lobjectif était de maîtriser notre consommation à travers cette certification. Après avoir acquis une certaine maturité dans notre management de lISO 50001, l’étape suivante était de consommer de l’électricité verte. Il faut aussi savoir quen termes dinvestissement, nous sommes bridés puisque nous avons un projet de transfert de magasin. Nous ne pouvons donc pas investir sur des panneaux solaires, mais nous avons investi dans des LED. Malgré tout, lidée était quand même daméliorer notre empreinte carbone en consommant de l’électricité verte à 100%. 

 

Pourquoi avoir choisi d’acheter des Garanties d’Origine de manière indépendante à votre fourniture d’électricité chez EDF ?

La difficulté était en termes de contrat. Nous avons un contrat national avec EDF, mais qui nincluait pas cette possibilité de faire des contrats d’électricité verte à 100%. Cest pour cela que je suis passé par un autre opérateur.  

éoliennes 

En quoi ce choix de consommation d’électricité verte est en accord avec les valeurs de votre magasin et de lenseigne ? 

Pour moi, en tant que chef d’entreprise, on ne peut pas s’exonérer des enjeux environnementaux, cela doit faire partie de la gestion dune entreprise. Le choix de consommation dune électricité 100% verte vient en complément des choix de lenseigne.  

Ce choix de consommation verte va cependant dans le sens de lenseigne qui a un plan dinvestissement sur le développement des panneaux solaires. Nous avons aussi des initiatives à travers les CEE pour faire des économies en magasin ou faire faire des économies à nos clients. Nous avons inventé ce système de CEE, qui a été repris par la concurrence. Nous avons aussi beaucoup dinitiatives lorsquon fait des travaux, pour avoir de bonnes pratiques et de bons conseils pour aller vers des bâtiments moins énergivores. Les sujets environnementaux font partie de lADN de lenseigne, avec notamment la suppression des sacs de caisse 20 ans avant la loi et les opérations « Nettoyons la nature ». L’ambition de Michel-Édouard Leclerc est de faire en sorte que l’enseigne devienne leader du développement durable. 

 

Y a-t-il eu des freins dans la prise de décision du passage à l’électricité verte ? 

Non, honnêtement il ny a pas eu de frein. 

 

Avez-vous récemment pris dautres engagements écoresponsables ? 

ÉolienneOui, le magasin est « zéro déchet alimentaire ». Tous nos déchets trouvent une autre issue que la poubelle au travers de dons aux associations caritatives, de ventes démarquées, de don pour la nourriture d’animaux avec un louvetier et en issue ultime du compostage avec une association. Cest un travail quon ne peut pas faire tout seuls, même si nous donnions déjà aux associations depuis de nombreuses années. Nous sommes accompagnés par la société Phenix. Ils ont optimisé ce que nous faisions déjà et trouvé des débouchés que nous navions pas le temps de chercher. Le management des équipes aussi est important et passe souvent beaucoup mieux lorsque cest géré par un intervenant plutôt que nous même.  

Nous avons aussi installé des ruches sur nos drives afin de favoriser la biodiversité. 

 

Avez-vous un futur défi à relever? 

Complètement. Si jai la chance à court ou moyen terme de pouvoir transférer ce magasin qui a 47 ans. J’aimerais en faire le magasin le plus efficient et le moins énergivore possible. Cest évident lorsquon construit un nouveau bâtiment. La gestion des eaux est aussi importante. Cela coule de sens de pouvoir récolter leau de pluie pour les toilettes ou les autolaveuses. Je serai peut-être à un moment donné bridé par les investissements. Mais si je ne peux pas tout faire tout de suite, je ferai en sorte de pouvoir intégrer ces solutions plus tard dans lavenir. La mobilité électrique est aussi à prendre en compte par exemple.  

 

Et enfin, communiquez-vous sur la consommation d’électricité verte ? 

Justement, tout le monde me dit « il faut communiquer sur ce que nous faisons de bien ». Mais je ne veux pas communiquer pour que ce soit un argument marketing. Si nous faisons les choses, cest parce que nous en sommes convaincus de leur nécessité et il faut peut-être que je réfléchisse à une communication globale sur nos démarches. Il y a lengagement zéro déchet, lISO 50001, l’électricité verte, etc. Il faut harmoniser ce message, et cela peut être compliqué. Lessentiel est pour moi daller dans la démarche. La communication vient dans un second temps.  

 

Merci à Mickael Gaultier pour cette interview.

Vous pouvez suivre l’actualité de E.Leclerc sur : https://www.e-leclerc.com/

E.Leclerc logo

Photo by Brooke Cagle

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Mathieu Boselli et Elisande Bourry nous racontent l’engagement environnemental de Valrhona

Mathieu Boselli et Elisande Bourry nous racontent l’engagement environnemental de Valrhona

Mathieu Boselli et Elisande Bourry nous racontent l’engagement environnemental de Valrhona

Le leader énergie et le responsable sécurité-environnement de Valrhona nous ont offert du temps pour parler des motivations de la chocolaterie à consommer de l’électricité verte. Nous apprenons que Valrhona fait de nombreux efforts pour réduire son impact environnemental. Un exemple de politique RSE à suivre !  

 

Pouvez-vous brièvement présenter Valrhona ainsi que votre rôle au sein de l’entreprise ?  

Mathieu Boselli

 

Mathieu Boselli : Je suis leader énergie chez Valrhona depuis 4 ans. Cela fait 14 ans que je suis dans l’entreprise. 

 

Elisande Bourry

Elisande Bourry : Je suis responsable sécurité-environnement depuis 6 ans chez Valrhona. Notre entreprise est une chocolaterie à Tain-l’Hermitage qui fabrique, conçoit, distribue ses produits à travers le monde. Nous sommes 850 et avons deux sites de production : un site historique et un site plus récent.  

 

Depuis quand consommez-vous de l’électricité verte et par quel biais ?  

Mathieu Boselli : Nous consommons de l’électricité verte depuis un moment déjà, mais les Garanties d’Origine (GO) ne couvraient pas l’ensemble de notre consommation. La question de passer à 100% s’est donc posée naturellement afin de consolider notre engagement envers les énergies renouvelables et en accord avec la politique environnementale du groupe. Nous sommes donc passés sous un contrat d’achat des certificats de GO avec Origo, depuis 3 ans, pour la totalité de notre consommation.

Valrhona

Quelles motivations vous ont poussés à passer à 100% d’électricité verte ? 

Mathieu Boselli : Cela s’inscrit dans une politique environnementale plus large qui est tout un ensemble d’objectifs de réduction de notre impact environnemental de 50% d’ici 2025. Ce sont des objectifs que nous nous sommes fixés dès 2013. Cela englobe plusieurs aspects tels que l’énergie, le bilan carbone, les déchets, ou encore la consommation d’eau. Notre ambition est de diviser par deux notre impact environnementalA partir de ce constat, nous avons beaucoup de chantiers à mener pour rendre nos sites de productions plus sobres. Pour nous, le fait d’acheter des certificats de GO nous permettait de faire du renouvelable sans avoir à investir sur nos sites dans les énergies vertes et à mener des projets de moyens de productionInstaller des panneaux photovoltaïques ou une éolienne aurait été tout à fait faisable, mais l’argent qu’il aurait fallu investirle rapport temps et moyens humains, l’énergie associée que cela représente pour mettre en œuvre ces projets, aurait été trop important et chronophage, nous préférions les faire porter par d’autres professionnelsMais ces projets vertueux auxquels nous croyons, nous les favorisons et les finançons à travers l’achat de certificats de GO. Nous avons affaire à des gens dont c’est le métier, qui sont spécialistes de leur sujet et qui mettent cela en œuvre à une échelle beaucoup plus rentable techniquement, économiquement, environnementalement même, plutôt que de faire nous-même quelque chose qui n’aurait pas un vrai sens technico/économique et environnemental. Ce point clé nous a amenés à nous concentrer, à investir, et travailler sur des projets de réduction de notre consommation. 

 

Pourquoi avoir choisi d’acheter des Garanties d’Origine plutôt que de passer par une offre verte, électricité et Garanties d’Origine associées ? 

Mathieu Boselli : Au début de la démarche, nous nous sommes posés la question. Nous avons étudié l’hypothèse du certificat de GO et nous nous sommes demandé si c’était vraiment « vert »comme beaucoup de monde je pense. Est-ce vraiment vertueux ? Est-ce que ce n’est pas juste un mécanisme de greenwashing ? Et puis lorsque nous avons été convaincus que c’était quelque chose de positifen comprenant son mécanisme, nous préférions nous entourer d’un opérateur indépendant de la vente délectron et dont le métier était la gestion et la vente de certificats de GO. Nous avons trouvé ce principe intéressant pour éviter d’avoir quelqu’un qui soit juge et partie, et que la notion de la négociation du prix de la fourniture d’électricité rentre en compte. On décorrèle complètement les deux et on fait appel à un opérateur dont c’est le métier.  

 

En quoi votre consommation d’électricité verte est en accord avec les valeurs de votre entreprise ?  

Elisande Bourry : La RSE est un des piliers de l’entreprise, orientée autour de 4 ambitions : le cacao, l’empreinte environnementale, la promotion et la préservation de la gastronomie, et enfin le travail avec nos fournisseurs, partenaires, collaborateurs, pour avoir une vision partagée du devenir de l’entreprise. Pour ce pilier RSE/environnementMathieu Boselli l’a déjà mentionné ; notre objectif est de réduire notre empreinte environnementale de -50% [Nous avons fait -26% l’année dernière]Concernant les énergies renouvelables, 69% de notre énergie – gaz inclut – est d’origine renouvelable. Grâce à cette consommation d’électricité verte, nous avons pu économiser 1000 tonnes de CO2 ; en fonction des années, cela représente 25% à 35% de notre bilan carbone. C’est un point clé, d’autant plus qu’aujourd’hui nous fixons d’autres ambitions autour du climat et de notre stratégie pour être aligné avec la limitation des « moins 2°C », avec des ambitions sur la neutralité carbone à l’horizon 2025.  

Valrhona

 

Avez-vous eu des freins particuliers dans votre passage à l’électricité verte ? 

Mathieu Boselli : Non, la décision s’est prise en un aller-retour de mails et une validation finale lors d’une revue de direction. Cela a été très rapide et a fait sens tout de suite. 

Elisande Bourry : C’était aussi un moyen d’en parler en interne. Nous avons pu sensibiliser les collaborateurs et les faire questionner : eux à leur niveau, que peuvent-ils faire ? 

 

Est-ce que vous avez pris d’autres engagements éco-responsables récemment ?  

Elisande Bourry : Un peu tout le tempsMathieu prend des engagements sur tous les investissements relatifs à la réduction de la consommation d’énergie, électricité et gaz. Les engagements récents importants concernent la neutralité carbone. Nous travaillons sur la lutte contre la déforestation, le déploiement de pratiques agricoles en agroforesterieNous élargissons notre ambition sur tout notre spectre. Pas seulement les entités de production, ou de fabrication de chocolats, mais également l’ensemble de l’amont et aval ayant trait à la distribution de nos produits. 

 

Un futur défi à relever ?  

Mathieu Boselli : Quand nous avons fixé en 2013 nos ambitions environnementales, nous voulions consommer 50% d’énergies renouvelables. Donc dès 2015, nous sommes passés bien au-delà grâce à l’achat d’électricité verte. Malheureusement, un tiers de notre consommation d’énergie reste du gaz naturel, et cela doit changer. A partir de là, deux types de défis restent à relever : l’un très concret ; mettre en place une unité de biomasse pour éviter d’utiliser deux tiers de ce gaz et être autonome en énergie. Nous utiliserions comme source l’un des déchets de notre activité ; la coque des fèves de cacao que nous utilisons dans notre chocolat. Et pour le tiers restant, un défi qu’Origo va nous aider à relever dans les années qui viennent ; l’approvisionnement en gaz vert de la même manière que nous percevons aujourd’hui notre électricité verte.  

 

Merci à Elisande Bourry  et Mathieu Bosellipour cette interview.

Vous pouvez retrouver leur actualité sur : https://fr.valrhona.com/

 

Valrhona

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Valentine Girault-Matz et Gilles Rambaud, deux acteurs incontournables de la transition énergétique de Weiss

Valentine Girault-Matz et Gilles Rambaud, deux acteurs incontournables de la transition énergétique de Weiss

Valentine Girault-Matz et Gilles Rambaud, deux acteurs incontournables de la transition énergétique de Weiss

Valentine Girault-Matz et Gilles Rambaud travaillent tous deux pour Weiss. Cette chocolaterie cherche depuis ses débuts à réduire son impact environnemental, et cela passe notamment par la consommation d’électricité verte ! Nous les avons donc interviewés afin de connaître les coulisses de l’engagement pris par l’entreprise pour la transition énergétique et l’écologie.  

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre entreprise ? 

Valentine GiraultMatz : Je suis Valentine Girault Matz. Je m’occupe de la communication de Weiss. 

Gilles Rambaud : Et je suis Gilles Rambaud, responsable technique et responsable de la production B2B. 

Valentine GiraultMatz : La chocolaterie Weiss a été fondée en 1882 à St Etienne par Eugène Weiss. Depuis 137 ans, nous maîtrisons l’ensemble du processus de fabrication, de la fève jusqu’à la tablette, et fabriquons du chocolat et du praliné de haute qualité à destination des consommateurs gourmands et des professionnels de la gastronomie du monde entier. Notre chocolaterie a été récompensée par le label d’Etat Entreprise du Patrimoine Vivant en 2014, pour son savoir-faire artisanal d’excellence. 

 

Depuis quand Weiss consomme vert, et par quel biais ? 

Gilles Rambaud : Nous consommons de l’électricité verte de source hydraulique depuis 2015, par le biais des Garanties d’Origine. Les Garanties d’Origine offrent la possibilité de choisir la centrale qui va produire l’électricité et quand elle va la produire.

 

Et quelles ont été les motivations de Weiss dans cette démarche ?  

Valentine GiraultMatz: Depuis 2014, nous nous sommes engagés à réduire de manière significative notre consommation d’énergie et d’eau. Nous avons réduit depuis 2013 notre consommation de gaz de 75%, notre électricité de 49% et notre consommation d’eau de 52%. Par ailleurs, nous avons signé la charte du plan climat et énergie de la métropole Stéphanoise et avons été récompensés en 2017 du prix Economie d’énergie. C’est dans cette démarche globale de réduction d’énergie que nous avons ensuite choisi de passer à l’électricité verte en 2015. 

 Weiss2

En quoi cette consommation d’électricité verte est en accord avec les valeurs de Weiss ?  

Valentine GiraultMatz : En effet, l’énergie est un de nos engagements, parmi d’autres. Nous sommes une chocolaterie française depuis 1882. Nous fabriquons du beau et du bon : nous sélectionnons avec grand soin nos matières premières et nous privilégions des listes d’ingrédients courtes et nobles. Tous nos chocolats sont 100% pur beurre de cacao, sans OGM, sans gluten, sans huile de palme et sans colorant artificiel.   

Le Made in France et le local font aussi partie de nos engagements. Le sucre et le lait sont 100% français, deux ingrédients majeurs pour la réalisation du chocolat et du praliné. Tous les sacs et packagings sont fabriqués en France ; et nos rubans « Made in Loire ». 

 

Y-a-t-il eu des freins particuliers dans ce passage à l’électricité verte ?  

chocolat weissValentine Girault-Matz Nous n’avons pas eu de freins particuliers, si ce n’est le coût. Mais le coût fait partie du jeu. Nous savions que c’était plus cher. Nous avons récemment changé nos sacs en boutiques ; ils sont désormais fabriqués en France, et recyclables. Forcément, ce sont des coûts différents, mais c’est français ! Il s’agit de partis pris forts, ce sont des convictions fortes que nous suivons.

Avez-vous pris d’autres mesures éco-responsables dernièrement ? 

Gilles Rambaud : Oui, nous avons un plan d’action qui est de changer nos éclairages en LED. De façon à éteindre nos éclairages lorsque nous ne sommes pas présents dans les pièces, nous avons des radars détectant la présence humaine. Nous sommes également dans cette dynamique là sur la consommation d’eau où nous avons par exemple installé des mousseurs. 

Valentine Girault-Matz : Oui, nous avons démarré cette année un travail avec une ONG Earthworm qui nous accompagne pour un approvisionnement cacao responsable. Nous sommes également engagés dans un projet de recherche d’agroforesterie pour une cacao-culture durable. 

 

Avez-vous d’autres futurs défis à relever ? 

Gilles Rambaud : Nous avons la volonté de devenir neutre en carbone d’ici 2025. 

Valentine Girault-Matz : C’est un sacré défi. Nous nous sommes aussi fixé des ambitions pour 2025 sur les différents sujets évoqués : sur nos consommations d’énergie, sur notre filière d’approvisionnement cacao, sur nos packagings, mais aussi envers les 125 passionnés qui travaillent pour cette belle chocolaterie. 

 

Et enfin, communiquez-vous sur votre consommation d’électricité verte auprès de vos consommateurs ou partenaires ? 

Valentine Girault-Matz : Notre communication est encore timide sur les différents sujets liés à la RSE. Nous sommes une chocolaterie française labellisée EPV. Nous privilégions le local, le français, et les matières premières d’excellence depuis toujours. C’est dans notre ADN. Ce n’est pas né du jour au lendemain. A nous maintenant de le faire savoir ! 

 

Merci à Valentine Girault Matz et Gilles Rambaud pour cette interview.

Vous pouvez retrouver leur actualité sur : http://www.chocolat-weiss.fr/la-maison/

weiss marque

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Benoit Goffaux : directeur des achats pour la transition énergétique chez Ayming

Benoit Goffaux : directeur des achats pour la transition énergétique chez Ayming

Benoit Goffaux : directeur des achats pour la transition énergétique chez Ayming

Nous avons parlé énergie avec Benoit Goffaux, directeur des achats du groupe Ayming. Il nous explique pourquoi Ayming a fait le choix de consommer de l’électricité verte et comment cette démarche s’inscrit dans une vision globale d’éco-responsabilité. Une discussion très enrichissante ! 

 

Pouvez-vous brièvement présenter Ayming ainsi que votre rôle au sein de l’entreprise   

Benoit GoffauxJe suis Benoit Goffaux, directeur des achats et du facility management du groupe Ayming pour la France et l’international. Je suis arrivé dans l’entreprise il y a une dizaine d’années pour mettre en place cette direction. Nous sommes un groupe de conseil en business performance issu du rapprochement entre Alma Consulting Group et Lowendalmasaï, deux leaders européens du conseil en amélioration de la performance des entreprises. Notre métier est daccompagner au quotidien nos clients pour les aider à faire émerger et à développer leur performance globale et de faire en sorte qu’elle soit, pour eux, une source de création de valeurs sur le long terme. Nous sommes implantés dans 16 pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie.

 

Depuis quand avez-vous pris la décision de consommer vert et comment en êtes-vous arrivés là ? 

La responsabilité sociétale, l’achat durable et le développement durable, sont des éléments qui font partie de la culture de l’entreprise depuis une bonne dizaine d’année. Notre président fondateur a fait construire le siège social du groupe à Gennevilliers, il y a un peu plus de 10 ans, avec pour objectif d’être le premier immeuble certifié « HQE construction » en Ile-de-France. Déjà à cette époque, la responsabilité sociétale de l’entreprise était très importante pour le groupe, ça fait partie de son ADN. Moi-même, en tant que directeur des achats, ça fait une quinzaine d’années que tous mes achats, mes actions prennent en compte des clauses de développement durable. Les achats au sein d’une entreprisece n’est pas qu’une question de négociation tarifaire ; ce sont aussi des actions responsables à l’égard desquelles l’on peut se projeter dans le futur en essayant d’avoir le moins d’impact possible sur notre environnement. En prenant en compte cela, lorsque nous choisissons une prestation, achetons un bien, mettons en place un nouveau produit, nous gardons à l’esprit et étudions toujours : « Quelle est la meilleure solution avec le moins d’impact sur la planète, sur la santé de nos collaborateurs, sur notre confort ? » C’est vraiment quelque chose de primordial. Aussi, le choix de consommer une électricité d’origine renouvelable est venu assez naturellement. À partir du moment où le marché nous offre cette possibilité, via les certificats de Garanties d’Origine (GO) fournies par Origo, il faut saisir cette opportunité.

Nous consommons vert depuis janvier 2016. Nous sommes dans un immeuble où l’on produit de l’énergie, de l’eau chaude solaire, mais également de l’électricité que l’on revend à Enedis. Et cela, depuis plus de 10 ans. Donc pour Ayming, ça fait partie du quotidien depuis de nombreuses années. 

panneaux solaires

Quels étaient vos critères lors de votre passage à l’électricité verte ?  

En tant que groupe de conseils, nous disposons également d’un pôle énergie assez développé. Nous intervenons auprès de nos clients pour les aider à économiser, à optimiser leur poste électricité/gaz, Nous bénéficions dexperts en interne qui ont une très forte connaissance de tous les produits existant sur le marché. Ils nous ont donc orientés vers Origo 

 

En quoi est-ce que ce choix est en accord avec les valeurs de l’entreprise ?  

En tant qu’entreprise de conseilsnous sommes présents pour aider nos clients à se « porter mieux ». L’influence que l’on peut avoir sur notre environnement est quelque chose de très important, et quand je pense « environnement », c’est au sens large. Nous prenons en compte toutes les parties prenantes relatives à notre environnement, tout en ayant le minimum d’impact sur celles-ci, et s’il y a un impact, qu’il soit positif. Nous avons la chance d’être une société de services, nous ne sommes donc pas de gros pollueurs, nous n’avons pas d’industriesAujourd’hui, notre poste de pollution le plus important, notre empreinte carbone, ce sont notre parc automobile et nos déplacements professionnels. Ce sont des domaines sur lesquels nous travaillons énormément. Depuis près de dix ans, il nous est interdit de prendre l’avion en dessous d’un certains nombres d’heures de temps de trajet. Plus de 70% de nos déplacements sont en train. Le taux moyen de CO2 de notre parc auto est en dessous des 100g. Nous commençons aujourd’hui à percevoir les fruits de ce travail, et confirmons le fait que cela fait partie de l’ADN de l’entreprise depuis de nombreuses années.  

 

Vous avez tout à fait raison de mettre en avant ce genre de valeurs. 

Exactement, tout le monde a un peu peur aujourd’hui du greenwashing. « Qu’estce qu’on dit ? Qu’estce qu’on ne dit pas ? Estce qu’on ne va pas encore nous dire que… ? » C’est toujours un peu compliqué. Je pense que faire les choses, c’est bien, le faire savoir c’est mieux. Parce que faire des choses bien sans le faire savoir, ça ne sert pas à grand-chose, et ce, que ce soit au niveau interne ou externe.  

 

Avez-vous eu des freins particuliers dans votre prise de décision ? 

Aucun.  

fenêtres

Avez-vous d’autres engagements éco-responsables en interne, des petits gestes au quotidien dans vos locaux que vous avez souhaité mettre en place ?  

Oui, nous essayons de renouveler le plus rapidement possible tout le système d’éclairage pour passer aux ampoules à technologie LED. Cela reste quelque chose d’important ; l’un de nos gros postes de consommation est dû à l’éclairageIl y a dix ans, le bâtiment n’était pas livré avec ce type d’ampoules donc nous renouvelons et investissons beaucoup pour rénover ce système d’éclairage. Sinon nous avons la chance d’être dans un immeuble intelligent, assez bien piloté. Nous avons une très bonne GTB (Gestion Technique du Bâtiment) et une très bonne GTC (Gestion Technique Centralisée)Nous suivons tous les mois toute notre consommation et analysons les fortes hausses en recherchant les causes. Nous essayons de gérer au mieux tous ces postes générant du CO2 mais également des dépenses ; nous savons qu’en agissant pour consommer moins, nous agissons également pour polluer moins et dépenser moins.  

 

Un futur défi à relever ?  

Le défi à relever reste la réduction de notre empreinte carbone sur notre parc auto. J’ajouterais que le défi est encore important du côté des constructeurs automobiles. Aujourd’huinous disposons malheureusement d’assez peu de solutions adaptées au monde de l’entreprise. Les véhicules électriques ne répondent pas, et de loin, à tous les besoins. En outre, l’empreinte carbone de la voiture électrique, des batteries, est loin de faire l’unanimité. Aussi, nous attendons avec grande impatience le développement de l’hybride rechargeable, voire même de l’hydrogène puisqu’aujourd’hui c’est l’hydrogène qui serait l’énergie la plus propre.  

Au regard de notre statut d’entreprise de conseils, l’amélioration de notre parc auto et des déplacements restent donc primordiales.  

Merci à Benoit Goffaux pour cette interview. 

Vous pouvez suivre l’actualité d’Ayming sur : https://www.ayming.fr/

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Tout ce que vous devez savoir sur l’énergie solaire

Tout ce que vous devez savoir sur l’énergie solaire

Tout ce que vous devez savoir sur l’énergie solaire

L’énergie solaire est l’énergie produite à partir du soleil. Elle est la source d’énergie la plus importante de la planète et rend possible toute vie sur Terre. Elle permet de produire de l’électricité le plus souvent à partir de panneaux photovoltaïques ou de centrales solaires thermiques. Comme l’éolien, l’hydraulique ou la biomasse, c’est une énergie renouvelable. Le solaire thermique utilise la chaleur issue des rayons du soleil tandis que les panneaux photovoltaïques absorbent les photons de la lumière, grâce aux cellules photovoltaïques.

Histoire et origine de l’énergie solaire

Il faut tout d’abord souligner que l’énergie solaire est utilisée depuis bien longtemps pour différentes raisons. Les Grecs allumaient déjà la flamme Olympique à l’aide d’un système de miroirs concentrant les rayons du soleil[1].  Quelques siècles plus tard, une légende veut qu’Archimède ait enflammé les navires romains à l’aide de miroirs de bronze lors de l’attaque de Syracuse[2].

La conversion de la lumière du soleil en électricité par effet photovoltaïque est découverte par le physicien français Edmond Becquerel en 1839. Il faudra attendre encore près d’un siècle pour que cette découverte soit exploitée. La première cellule solaire est brevetée par William Coblentz en 1913, celui-ci n’arrivera pourtant jamais à la faire marcher. Une cellule plus efficace sera développée en 1954 grâce aux laboratoires Bell.

tout savoir sur energie solaire espaceLes premiers panneaux solaires apparaissent ensuite dans les années 1960 et sont utilisés par la Navy pour leur satellite lors de la conquête de l’espace. Pendant plusieurs années, ils restent la propriété des agences gouvernementales car les coûts de production sont extrêmement élevés.

Le docteur Elliot Berman met au point en 1973 une cellule solaire à faible coût, divisant le prix par 5. L’énergie solaire va donc être de plus en plus exploitée jusqu’à nos jours.

Aujourd’hui, on retrouve des panneaux solaires dans le bâtiment et dans le transport avec la voiture solaire ou même l’avion solaire ! Solar Impulse a en effet réalisé en 2016 un tour du monde en avion, sans carburant[3].

 

L’énergie solaire en France et dans le monde

tout savoir sur energie solaire

L’énergie solaire connaît une très forte croissance en France et dans le monde grâce à une baisse considérable des coûts de production. L’électricité produite par la filière solaire a en effet augmenté de 10,9% en France et de 28,9% dans le monde entre 2017 et 2018, assurant la meilleure progression parmi les énergies renouvelables. Pourtant, elle reste l’une des énergies les moins utilisées. En 2018, elle représente seulement 2,2% de la production d’électricité mondiale et 1,8% en France.[4] La Chine est par ailleurs le premier producteur d’énergie solaire.

La France était quant à elle en 2017 la 5e productrice d’électricité photovoltaïque en Europe, loin derrière l’Allemagne et l’Italie[5]. Pourtant, le coût de la filière en France est l’un des plus attractifs au monde.

Capacité de production et impact environnemental

Le parc photovoltaïque français a produit 10,2 TWh d’électricité en 2018, soit l’équivalent de la consommation de plus de 2 millions de ménages. La puissance solaire installée et raccordée au réseau représente 8,7 GW[6].

Notons également que l’énergie solaire n’a que très peu d’effets sur l’environnement ! Son impact est principalement lié aux ressources et à l’énergie nécessaires à la construction et au démantèlement des panneaux photovoltaïques. Seulement 4 années au maximum sont nécessaires pour produire l’équivalent de l’énergie utilisée pour leur fabrication, sur une durée de vie pouvant aller jusqu’à 30 ans[7]. La majorité de la production électrique d’un panneau solaire est donc propre ! Sur l’ensemble de sa durée de vie, le panneau PV aura un bilan carbone de 55g CO2eq/kWh[8]

quiestvert tout savoir sur energie solaire

Le solaire du futur

Depuis que l’énergie solaire est de moins en moins chère à exploiter, de nombreuses innovations se développent et pourront bientôt faire partie de notre quotidien.

La première qui nous vient à l’idée est évidemment la route solaire – route faite à partir de panneaux photovoltaïques. Malheureusement, celle-ci n’a pas encore prouvé son rendement et créé des débats sur son utilité.

Une autre innovation largement évoquée, celle des panneaux solaires transparents ! En effet, des cherches de l’université du Michigan ont réussi à créer un panneau solaire adaptable partout. L’entreprise SolarWindow Technology a aussi développé des films transparents à ajouter au verre pour absorber la lumière et créer de l’électricité. Imaginez vos fenêtres, votre téléphone ou même votre pare-brise produire de l’électricité…

[1] https://stillmed.olympic.org/Documents/Reports/EN/en_report_655.pdf
[2] https://cortecs.org/wp-content/uploads/2016/01/CorteX_s21_49_Miroirs_ardents_Archimede_Agnese_Perignon_Fere_Ma%C3%AFer_Pastor.pdf
[3] https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/07/26/l-avion-solaire-solar-impulse-2-boucle-le-premier-tour-du-monde-aerien-sans-carburant_4974605_3244.html
[4] https://www.bp.com/en/global/corporate/energy-economics/statistical-review-of-world-energy.html
[5] https://www.science-et-vie.com/technos-et-futur/les-cles-pour-comprendre-le-photovoltaique-en-france-49675
[6] https://www.rte-france.com/fr/article/panorama-de-l-electricite-renouvelable
[7] https://www.nrel.gov/docs/fy04osti/35489.pdf
[8] http://www.bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?renouvelable.htm

Photo by American Public Power Association on Unsplash

Vous avez aimé ? Partagez.

Nous sommes l'association de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 7% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le 1er pays consommateur d'électricité verte en Europe

1er

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.