Objectif COP24 : 10 moyens d’agir à son échelle

Objectif COP24 : 10 moyens d’agir à son échelle

A l’origine, la Conférence sur le climat de Paris, dite « COP21 » a permis d’aboutir à un accord historique engageant l’ensemble des 195 pays signataires à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’objectif final était de stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines « nettement en dessous » de 2°C d’ici à 2100 par rapport à la température de l’ère préindustrielle (période de référence 1861-1880) et de poursuivre les efforts pour limiter ce réchauffement à 1,5°C.

C’était en 2015 ! Désormais, ce sont près de 200 pays qui sont parvenus à surmonter leurs divisions pour se mettre d’accord sur des règles de mise en œuvre de cet acccord lors de la COP24 en 2018. 

À notre niveau, nous pouvons, nous aussi, soutenir cet effort commun. Petit tour d’horizon des actions que vous pouvez réaliser immédiatement !

10 bonnes habitudes à prendre dès maintenant !

1 – Se déplacer « proprement »

Problème :

Cela ne vous aura sûrement pas échappé mais ces dernières années la pollution atmosphérique a atteint des pics très élevés en France, plus de 40 départements en état d’alerte l’hiver dernier ! Cette pollution provient de la combustion(notamment de bois dans les foyers ouverts) et des gaz d’échappement des véhicules (dioxyde de soufre, oxydes d’azote NOx), mais également du freinage des véhicules, des carrières, incinérateurs et décharges. Mais ces pics ne sont que la face émergée de l’iceberg car la pollution quotidienne atteint déjà notre santé et est responsable de beaucoup de morts chaque année.

Solution :

Optez pour une voiture électrique n’est pas forcément le choix le plus accessible pour vous ? Dans ce cas, tâchez de vous limiter à une voiture par foyer.  Pour les courts trajets (moins de 3 km), privilégiez les réseaux de voitures à partager tel que le réseau d’autopartage Citiz, les vélos en libre-service… Pour les trajets plus longs, pensez évidemment au co-voiturage ( en tant que chauffeur ou voyageur) : vos trajets n’en seront que plus économiques et conviviales !

2 –  Réparer plutôt que de remplacer

réparer

Problème :

L’obsolescence programmée n’est pas un fait nouveau : un Français sur cinq avoue encore jeter de manière trop systématique ses appareils en panne selon une étude de 2016. Electroménagers, téléphones portables, ordinateurs, chaînes hifi… Autant d’objets du quotidien que nous avons pris l’habitude de changer tous trois à quatre, voir tous les ans, quand bien même notre grand-mère pouvait garder sa cafetière trente ans sans problème. Les conséquences sont évidemment la production de déchet en quantité mais également les conditions de travail sordides des populations d’Asie qui produisent en masse ces produits.

Solution :

En juillet 2017, les députés européens font une demande à la Commission pour lutter contre l’obsolescence programmée. Selon eux, trop d’objets tombent en panne de façon suspecte et sont rendus difficilement réparables par les entreprises qui les produisent voir irréparables pour encourager le rachat. À l’heure actuelle, la commission n’a pas publié de nouvelle directive

Les citoyens n’ont pas attendu pour trouver des solutions et de nombreux ateliers de réparations (repair café et ateliers DIY) ont émergé et proposent de vous apprendre à réparer vous-même tout en mettant à disposition les outils nécessaires sur place. Et si vous ne vous sentez pas l’âme d’un bricoleur, vous pouvez faire don de vos objets inutiles plutôt que de les jeter. Quelqu’un d’autre saura peut-être le réparer ! 

3 – S’alimenter en énergies renouvelables

énergies renouvelables

Problème :

42% des émissions de gaz à effet de serre mondiales sont dues à la combustion du charbon, de fioul et de gaz pour la production d’électricité. De plus, ces ressources ne sont pas inépuisables ! C’est pourquoi l’Europe a décidé de prendre le tournant des énergies renouvelables : les 28 pays de l’Union européenne ont abouti le 23 octobre 2014 à un accord sur le « Paquet Énergie-Climat pour 2030 » préparé par la Commission européenne qui porte la part des énergies renouvelables à 27 % de la consommation finale d’énergie européenne. Toutefois, la France reste le dernier pays consommateur d’électricité verte en Europe…

Solution :

S’il est impossible de distinguer l’électricité que l’on consomme selon son origine (nucléaire, hydraulique, éolienne, etc), il est possible de participer au financement des producteurs d’énergies renouvelables afin de soutenir leur développement. Pour ce faire, Powernext a mis en place un système de garanties d’origine qui permet de certifier qu’une quantité déterminée d’électricité proposée sur le marché par un fournisseur a été produite de manière renouvelable. Vous pouvez opter pour cette solution en souscrivant à une offre d’électricité verte ou en vous fournissant directement en garanties d’origine. La prochaine étape peut aussi être de produire vous-même votre électricité à l’aide panneaux solaires ?

4 – Éviter le plastique

Problème :

La mauvaise réputation du plastique n’est plus à faire. Sa production est simple et pratique, ce qui explique qu’on en retrouve un peu partout et notamment encore beaucoup dans les supermarchés (plus de 5 milliards de sacs plastiques sont distribués en caisse chaque année en France). Problème : contrairement à sa durée de vie qui n’est que de quelques minutes, il faut compter entre 100 à 400 ans pour qu’il se désagrège totalement ! Ce qui entraîne une pollution massive de l’environnement, et plus particulièrement des littoraux, qui elle-même a pour conséquence la disparition d’espèces animales qui les ingèrent. Bref « plastic is not fantastic ! »

Solution :

L’État a déjà réagi en interdisant les sacs plastiques à usage unique en caisse en 2016. Depuis le 1er janvier 2017, les rayons frais ainsi que les commerces de proximité doivent proposer des sacs biodégradables. En 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable d’être interdite.

Vous l’aurez donc compris, d’une manière générale, fuyez tout ce qui est à usage unique et privilégiez des matières durables et réutilisables comme le bois et le verre. Le plastique est dans tout vos objets du quotidien : remplacez les sacs plastiques par des sacs en toile, votre brosse à dent par sa version en bambou, vos Tupperware par des bocaux en verre, etc.

5 – Compenser sa consommation en CO2

Compenser sa consommation en CO2

Problème :

Un Français émet en moyenne 7,5 tonnes d’équivalent C02 par an soit environ 20,5 kilos de CO2 émis chaque jour. A l’origine de ces émissions : nos déplacements, le chauffage, l’eau chaude et l’électricité. Comme vu précédemment, il est possible de poser des choix et d’adopter des comportements qui diminuent ces émissions de CO2. Toutefois, il est impossible de complètement les éliminer alors comment faire pour compenser ses émissions et réparer les préjudices faits à la planète ?

Solution :

Pour les émissions que l’on n’a pas pu éviter, la compensation des émissions de CO2 ou l’achat de « crédit-carbone » peut-être la solution. Cela consiste à payer un montant donné pour financer des projets « propres » permettant d’économiser une quantité de CO2 équivalente au CO2 émis. Plusieurs organismes français existent avec des projets différents : l’association CO2 Solidaire financent des projets solidaires dans des pays en voie de développement, l’association Action Carbone s’oriente vers les énergies renouvelables et des projets de végétation, etc. 

6 – Investir dans des banques et fond d’investissement durables

Problème :

Selon une étude de 2017 du Cercle des Épargnants, près d’un français sur deux (47%) épargne. Les deux principales motivations de l’épargne des Français sont la précaution et la solidarité inter-générationnelle. Pour 41 % des particuliers interrogés, l’épargne vise à préparer l’avenir et à faire face aux éventuels imprévus. Il n’y a pas vraiment de problème à cela, par contre, il y a des solutions beaucoup plus efficaces !

Solution :

Vous pouvez désormais épargner en sachant que votre argent servira à financer des entreprises ou organismes aux comportements respectueux et responsables vis-à-vis de leurs salariés, de la société ou de l’environnement. Il s’agit de l’investissement socialement responsable (ISR) : des fonds d’investissement particuliers qui prennent en compte les critères éthiques, de politique sociale, de respect de l’environnement, de bonne gouvernance d’entreprise voire d’engagement sociétal ou de qualité des relations avec les fournisseurs.

7 – Arrêter le gaspillage alimentaire

Problème :

Selon l’ADEME, le tiers des aliments destinés à la consommation humaine est gaspillé. En France, ce sont près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable qui sont jetées chaque année. Cela pose évidemment un souci environnemental (à l’échelle mondiale, le gaspillage émet autant de gaz à effet de serre qu’un pays comme la Chine), économique (le gaspillage coûte entre 12 et 20 milliards d’euros par an en France) mais également éthique et social (rien qu’en France, on estime qu’une personne sur dix a du mal à se nourrir.)

Solution :

Plusieurs petites habitudes faciles à mettre en place pour remédier à ça : acheter à la coupe ou en vrac, préparer sa liste de course pour n’acheter que le nécessaire, être vigilant sur les dates de péremption, veiller à la bonne conservation de ses aliments, apprendre à cuisiner les restes, demander un doggy bag au restaurant… Des initiatives comme La Fourmi à Lyon, une épicerie proposant des produits dont la date limite de consommation est proche, à bas prix, ou l’application Too good to go, permettant aux commerçants de vendre moins cher leurs invendus du jour, se multiplient. 

8- Manger bio, local et éthique

Manger bio local et éthique

Problème :

Au delà des nombreuses incertitudes sur notre santé concernant les pesticides, notre mode d’alimentation bouleverse complètement l’équilibre de l’environnement. La production des fruits et légumes cultivés hors-saison entraîne une forte pollution liée au transport, le gaspillage d’eau et de ressources naturelles ainsi que de nombreux déchets liés au sur-emballage. Les conditions de travail des producteurs sont également peu connues et posent des problèmes éthiques.

Solution :

Privilégiez les circuits courts ! De nombreuses initiatives fleurissent aux quatre coins de nos régions : magasins à la ferme, sites internet de vente directe de produits bio, paniers de fruits et légumes, AMAP… Le site de La Ruche qui Oui propose ainsi à ses membres de se réunir pour acheter directement aux producteurs de leur région. De son côté, Potager City vous livre des paniers de fruits et légumes extra-bio toutes les semaines, bref l’offre ne cesse de grandir, vous savez ce qu’il vous reste à faire. 

9 – Privilégier le vert dans l’assiette

Problème :

En 2006, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) a décrit l’élevage comme «… un des contributeurs les plus importants à la plupart des graves problèmes environnementaux actuels. ». En effet, l’élevage intensif est responsable d’émissions de CO2 issues des animaux (méthane des ruminants), de la gestion des déjections animales, de la consommation énergétique de l’élevage mais également indirectement de la déforestation nécessaire à certains types d’élevage, la production des aliments consommés par l’élevage et du transport de toute la supply chain de l’élevage.

Solution :

La solution la plus évidente ne va pas plaire aux carnivores mais diminuer sa consommation de viande serait le bon réflexe à adopter. Actuellement, un français consomme en moyenne 1,5kg de viande par semaine, aux grands regrets des nutritionnistes qui préconisent une consommation de 500g par semaine. Profitez en pour découvrir d’autres types de cuisine ou de régime alimentaire. Vos besoins en protéines peuvent être couverts en consommant des céréales (quinoa, soja), des légumineuses (haricots rouges, pois chiches) et des oléagineux (beurre d’arachides, amandes). Cela ne vous empêche pas de vous faire plaisir de temps en temps avec de la viande de qualité chez votre boucher ou portant le label Rouge, Bleu Blanc Cœur !

10 – S’engager

S’engager

Problème :

Face aux crises économiques et écologiques, nous avons tendance à nous sentir désarmés et très souvent mal représentés dans les débats politiques. Plutôt que s’isoler, nous pouvons exercer notre pouvoir en nous regroupant et en nous investissant dans des actions citoyennes. Selon Faire équitable, « L’initiative citoyenne est un droit politique et le collectif citoyen s’inscrit comme un levier d’actions à la disposition de chacun d’entre nous pour participer à la construction d’une société correspondant mieux à nos choix de vie et nos valeurs. »

Solution :

Il n’existe pas de liste référençant l’ensemble des associations mais plusieurs acteurs peuvent vous renseigner sur celles actives dans votre ville tels que votre mairie ou la maison des associations de votre quartier.

Et vous, quelles sont les actions que vous mettez en œuvre pour agir à votre échelle ? N’hésitez pas à partager cet article et à nous envoyer vos bonnes pratiques !

Auteur : Charlotte Fayat

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Idées de cadeaux immatériels

Idées de cadeaux immatériels

Noël est le moment de l’année idéal pour faire plaisir autour de soi. Il est synonyme de retrouvaille en famille, de repas gargantuesque… et évidemment de cadeaux !

Quelques idées de cadeaux pour un Noël écolo

Cette année, nous avons réfléchi à la possibilité d’offrir autrement : en plus petite quantité mais de façon plus ciblée et porteuse de sens pour la personne qui déballera son butin. L’idée d’un cadeau immatériel permet à la fois d’offrir une expérience, un apprentissage voire un moment partagé tout en réalisant des achats éco-responsables ! Découvrez notre petite sélection…

Une visite de Lyon

Partez à la découverte des différents quartiers de Lyon grâce aux visites insolites de Cybèle. Faîtes la connaissance de Gérard Fluchte qui vous animera chacune de ses balades d’anecdotes croustillantes. Les dernières visites proposées sur le site ? Visite-théâtralisée ou visite-jeu du Vieux-Lyon, Visite-contée de la Croix-Rousse…

Un rituel barbier

Logé au fond de la cour de la boutique Les Curieux, découvrez un espace coiffeur mixte/barbier.  L’équipe vous accueille du lundi au samedi et vous conseille sur votre coupe par rapport à votre visage ainsi que sur votre couleur. Nul doute que vous ressortirez avec des petits trucs et astuces pour dompter votre chevelure. Rendez-vous au 18 rue Palais Grillet (69002).

Des cours de langue

Dans la série des cadeaux utiles, vous pouvez miser sur les applications de Mosalingua. À l’aide d’un système de cartes, découvrez une nouvelle manière d’apprendre une langue de façon simple, ludique et efficace. De quoi patienter en attendant les prochaines vacances…

Un cours de cuisine

Envie de découvrir la cuisine végétale ? Rendez-vous dans les cuisines de Patate et Cornichon! Soline vous initie également à la cuisine ayurvédique pour prendre soin de soi tout en dégustant de délicieux plats.

Une dégustation de vin, de bière, de chocolat… d’insectes !

S’initier aux grands crus, à la mixologie, découvrir les plus grands whisky, faire un apéro d’insecte… Autant d’expériences qu’il pourrait être amusant de partager ! 

Un massage ou un soin en institut

Il a déjà très bonne réputation à Lyon donc vous pouvez y aller les yeux fermés : le Spa Cinq mondes vous promet un véritable voyage sensoriel avec une gamme de rituels inspirés de la Chine, du Japon, de l’Inde, du Brésil, de la Polynésie…

 

En vrac :

●  Un an d’électricité verte pour sa maison, un moyen économique d’accomplir sa bonne action de la nouvelle année sans changer de fournisseur.

●  Créditer des miles, dans la même idée que les chèques-cadeau, permet de participer à un beau voyage.

●  Faire un don à une association pour une cause qui lui tient à cœur

●  Un cours de danse, de sport ou de musique qu’elle aurait aimé essayer depuis longtemps

●  Un bon pour un atelier créatif

●  Une vidéo qui retrace vos meilleurs moments ensemble / une playlist de vos musiques préférées

 

Auteur : La boutique Les Curieux 

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

4 astuces écolos qui vous feront économiser cette année !

4 astuces écolos qui vous feront économiser cette année !

Cette année, c’est sûr, vous voulez réduire votre empreinte écologique ! Si le mythe de la maison verte qui coûte un rein a la vie dure, il est aujourd’hui de plus en plus facile de réduire sa consommation énergétique… Et d’en faire profiter ses économies ! Du changement d’habitude simple à mettre en place, aux travaux qui optimiseront votre consommation, voici 4 bonnes idées pour commencer 2019 du côté green de la force.

Les bonnes résolutions écolo pour économiser en 2019

1) Mieux réguler sa température

Le saviez-vous ? Le chauffage peut représenter jusqu’à 65% de la facture énergétique d’un foyer ! Pas étonnant : avec les radiateurs allumés pendant près de 6 mois par an, beaucoup redoutent la facture annuelle ! En réalité, notre consommation de chauffage pourrait être optimisée : entre éteindre le chauffage lorsque nous sommes absents, le baisser lorsque nous ne sommes pas dans une pièce, ou tout simplement mieux isoler certaines pièces, la marge de manoeuvre est large pour réduire les frais !

Alors comment faire ? D’abord, veiller à entretenir régulièrement le circuit de chauffage : à l’usage, celui-ci s’encrasse et devient de moins en moins efficace. Ensuite, gérer la température ! Le thermostat reste l’outil le plus simple pour choisir et réguler la température dans chaque pièce. Nouvelles technologies oblige, il en existe également des connectés ! Pour les plus hypes d’entre nous, c’est la possibilité d’avoir totalement la main sur son chauffage intérieur, de nombreux comparatifs existent, pour trouver le thermostat intelligent de ses rêves.

On peut également avoir l’habitude de trop chauffer tout simplement. Il peut être intéressant d’essayer les températures préconisées par l’Ademe. Les lieux de vie (salon, salle à manger) sont souvent très agréables à 19 °C alors qu’une chambre peut être chauffée à 16 °C. Vous verrez, on respire mieux la nuit lorsqu’il ne fait pas trop chaud. Pour être bien dans une salle de bain, il est considéré que 22°C est la température idéale. Enfin, lorsque vous n’êtes pas là dans la journée, il est inutile d’aller au-delà de 16°C.

2) Prendre la main sur l’éclairage et les consommations fantômes

Vous avez déjà installé des ampoules basse consommation et vous éteignez religieusement la lumière à chaque fois que vous quittez une pièce ? Bravo !

La lumière n’est pas le seul poste de dépense gourmand de votre facture d’électricité. Tous les appareils en veille, les multiprises, et les appareils éteints mais branchés, peuvent contribuer à alourdir la note ! Tout comme la lumière, il s’agit surtout de prendre les bons réflexes (éteindre et débrancher).

Et pourquoi ne pas passer à la vitesse supérieure ? Il est possible d’investir dans des prises connectées, qui arrêteront à temps l’électroménager, et qui calculeront le gain d’énergie. Pour gérer encore mieux ses éclairages, il existe des systèmes de va-et-vient dans les couloirs, les escaliers, et l’extérieur, que l’on peut équiper d’une minuterie ! Et pour ceux qui ont décidé que 2017 serait l’année des objets connectés, il est désormais également possible de contrôler son éclairage à distance, à partir de son téléphone portable. Idéal, par exemple, pour simuler une présence lorsqu’on est absent de son domicile, sans pour autant laisser la lumière tourner toute la nuit !

3) Augmenter l’ombre en été

Fatigués des étés caniculaires ? Investissez dans le bois ! Un arbre bien placé, c’est de l’ombre sur votre toit et vos murs pendant tout l’été. Au-delà d’être un atout esthétique pour une maison avec jardin, en été, un arbre au feuillage dense pourra réduire votre facture de climatisation et adoucir vos journées. Certains arbres sont plus propices que d’autre à l’ombrage de votre maison : il convient de sélectionner un arbre au feuillage dense et aux racines peu envahissantes. Il limitera ainsi les dégâts si il est planté près d’une terrasse par exemple. De nombreuses enseignes de jardinage sauront vous conseiller pour sélectionner l’arbre de vos rêves : tilleuls, sophoras, ou saules, tout est possible !

4) Installer un chauffe-eau solaire

Un chauffe-eau solaire utilise le rayonnement solaire pour chauffer l’eau : dans certaines régions de France, il peut totalement se substituer à un chauffe-eau traditionnel et se rentabiliser en quelques années ! Le coût et l’entretien d’un chauffe-eau solaire varient évidemment, en fonction de la région, mais aussi des besoins du foyer : on estime que l’achat et la pose d’un chauffe-eau solaire varie entre 3000 et 6000 euros. Mais bonne nouvelle, il existe un crédit d’impôt qui permet de déduire 30% de l’achat et de la pose de son panneau solaire ! Pour les plus frileux, il existe des simulateurs en ligne qui permettent d’estimer les économies réalisées avec l’achat d’un chauffe-eau solaire. Alors, convaincus ?
Du plus simple au plus compliqué, la marge de manoeuvre est large pour réduire son empreinte écologique ! Avec l’ouverture du marché de la production d’énergie aux particuliers, il est désormais possible d’encourager la production d’une énergie verte, c’est-à-dire renouvelable et propre : pour tout savoir sur l’électricité verte, rendez-vous ici !

Auteur: Jade Atoui

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Agir sur son empreinte carbone : pourquoi, comment ?

Agir sur son empreinte carbone : pourquoi, comment ?

Les notions d’empreinte carbonede neutralité carbone ou encore de compensation carbone sont régulièrement à la Une en ce moment.

Si vous suivez un peu l’actualité, vous avez dû voir entre autres que « l’Union Européenne veut être neutre en carbone 2050 », «La BNP Paribas s’engage à la neutralité carbone d’ici la fin de l’année », « La ville de Paris prévoit de devenir une ville neutre en carbone », etc. Même le célèbre mensuel féminin Grazia nous proposait ses 5 conseils pour réduire son empreinte carbone.

Ainsi, que ce soit au niveau des individus, des entreprises, des localités voire des pays, l’empreinte carbone est un sujet qui nous concerne tous.

Il n’est pas rare d’entendre autour de soi « Pourquoi s’embêter à changer ses habitudes ? Cela ne changera rien de toute façon ». Cela est évidemment FAUX et on vous explique tout de suite pourquoi et comment agir sur votre empreinte carbone !

Pourquoi se préoccuper de l’empreinte carbone ? 

Selon le Global Footprint Network, l’« empreinte carbone » est la quantité de carbone (généralement en tonnes) émise par une activité, une personne, un groupe ou une organisation, de par sa consommation en énergie et en matières premières.

Cette quantité de carbone, aussi appelée émission de CO2, est relâchée dans l’atmosphère et va contribuer à l’effet de gaz à effet de serre et donc notre fameux réchauffement climatique ! En effet, dans l’idéal, une émission de Co2 est absorbée par la nature environnante à savoir les plantes, la forêt…

Seulement, depuis l’ère industrielle, l’activité humaine libère de plus en plus grandes quantités de CO2 avec notamment l’utilisation des énergies fossiles(charbon, pétrole et gaz) tout en détruisant son écosystème avec la déforestation et l’élevage intensif.

Ce déséquilibre dans l’atmosphère a de nombreuses conséquences que nous connaissons tous comme l’augmentation des températures, qui entraine l’apparition de catastrophes naturelles (séisme, éruption, tsunami, inondation, tempête, cyclone et autres joyeusetés) et rend obligatoire l’achat d’un ventilateur.

Outre le fait que nous n’avons pas tous les moyens d’investir dans une climatisation, il est devenu urgent pour l’environnement de réussir à contenir ce réchauffement en dessous de 2°C.

Pour cela, les émissions de CO2  émises par l’homme doivent tomber à zéro d’ici à 2050 pour un réchauffement global limité à 1,5 °C, ou d’ici à 2075 pour un réchauffement limité à °C. C’est en se basant sur cette théorie que l’Accord de Paris fut le premier accord international à utiliser la notion de neutralité carbone à l’échelle mondiale en 2015.

L’objectif des pays signataires de l’Accord de Paris est d’atteindre ce que l’on appelle « le principe de neutralité carbone » qui consiste à compenser 100 % des émissions de carbone (CO2) d’une organisation, d’une entreprise, d’une administration, d’une institution et même d’un pays. Des mesures ont donc été prises au niveau des villes pour réduire leur impact mais, c’est au niveau de chaque individu, qu’il faut également agir.

La première étape est donc tout d’abord de calculer son empreinte carbone

Calculer son empreinte carbone

Également appelé «bilan carbone » ou « calcul de l’empreinte écologique », le calcul de son empreinte carbone prend en compte l’ensemble du CO2 émises par les différentes activités telles que la consommation d’énergie, les déplacements et voyages, etc.

En 2017, on estimait qu’un ménage français moyen produisait en moyenne 10,7 tonnes de CO2 chaque année.  En effet, quand vous utilisez votre voiture, partez en vacances en avion ou si vous mangez de la viande régulièrement et consommez beaucoup d’énergie, vos émissions de CO2 sont importantes.

Il existe plusieurs outils en ligne vous permettant de faire le calcul comme celui de Carbon Foot Print. Faites le test et obtenez votre score que vous pourrez comparer à la moyenne nationale et mondiale !

Pour ma part, j’ai explosé les plafonds alors que je ne mange pas ou peu de viande, n’ai pas de voiture et utilise principalement les transports en commun quand je ne peux pas me déplacer à pied tout en ayant une consommation modérée. Enfin c’est ce que je pensais !
 
Il semblerait que mes voyages (en Grèce et en Australie pour cette année) ainsi que ma frénésie du shopping ne soient pas compatibles avec mes convictions…
 
Alors maintenant que l’on a repéré le problème, quelles solutions s’offrent à nous ?
 

Diminuer l’impact de son empreinte carbone

La première solution pour moi est donc de chercher à réduire mes activités gourmandes en Co2, maintenant que je sais où le bât blesse.

Pour un ménage, cela peut signifier prendre de nouvelles habitudes de consommation telles que :

–  se déplacer « proprement » en privilégiant la marche, le vélo, les transports en commun ou en investissant dans une voiture électrique

réparer plutôt que de remplacer ses appareils électroniques ou autres fournitures

s’alimenter en énergies renouvelables en passant à un fournisseur d’électricité qui fait l’effort de tracer sa consommation avec des énergies renouvelables

– consommer moins de viande et en profiter pour acheter local

– bref consommer moins et mieux !

Malgré toute votre bonne volonté, il est possible que ces efforts ne suffisent toutefois pas ! Une autre solution est donc d’avoir recours au système de « compensation carbone ».

La compensation carbone consiste à réduire ou neutraliser une tonne de carbone dont vous n’êtes pas responsable pour compenser celle émise par votre propre consommation.

Vous pouvez pour cela acheter des crédits carbone servant à financer des projets qui peuvent être de plusieurs ordres, comme des projets d’énergies renouvelables, des plantations d’arbres, ou de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ou directement investir dans ces projets en passant par des plateformes dédiées

Ce qui est important à retenir est que cette quantité de carbone peut se trouver à l’autre bout du monde car les gaz à effet de serre ont un impact à l’échelle mondiale !

Ainsi, les émissions de CO2 produite par l’avion de mon vol France-Australie peuvent tout à fait être compensées par la plantation d’une forêt en Amazonie.

Source : www.info-compensation-carbone.com

Et vous de votre côté, quelles sont les actions que vous avez mis en oeuvre pour réduire votre empreinte carbone ? À titre personnel ou bien dans le cadre de votre activité ? Une des premières actions que vous pouvez faire est de partager cet article pour informer un maximum de personne de l’intérêt de se préoccuper de son empreinte carbone ! 😉

Auteur : Charlotte Fayat

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

4 moyens simples de débarrasser votre maison des toxines cachées

4 moyens simples de débarrasser votre maison des toxines cachées

Les beaux jours sont arrivés, les températures augmentent et le soleil commence à nous réchauffer. Après avoir passé l’hiver au chaud sous la couette, c’est donc plus que jamais l’occasion de débarrasser votre maison des toxines cachées !

L’heure est au ménage de printemps !

Si vous pensiez que faire son ménage une fois par semaine était suffisant pour refaire une santé à son chez soi, et bien vous vous trompez ! Les microbes, acariens et autres types de bestioles domestiques prolifèrent parfois dans des endroits qu’on soupçonnerait à peine, et pourtant.

Pour y remédier, il existe des astuces simples, mais surtout naturelles. Aujourd’hui, nous avons concocté pour vous, une liste de quelques conseils pour retrouver une maison saine.

1. Verdissez votre routine de blanchisserie.

Les produits ménagers, comme la lessive ou les adoucissants, que l’on peut retrouver en grandes surfaces contiennent souvent des produits chimiques toxiques. Certains peuvent même mener dans certains cas à des irritations cutanées, voire des maux plus graves.

Il est important de noter que certains fabricants n’hésitent plus à révéler la totalité des composants sur l’emballage. Nous vous recommandons, évidement, d’acheter des marques de blanchisserie qui révèlent 100% des ingrédients, mais également d’éviter les labels avec des mots mystérieux qui concernent par exemple les colorants, ou les parfums. Ne soyez pas dupés par le mot « naturel » sur un label, qui peut signifier fondamentalement n’importe quoi. En vertu de la loi, l’emploi ce terme prouve que le produit possède des caractéristiques spécifiques, dont le respect de l’environnement lors de son processus de fabrication et la santé du consommateur.

L’astuce est d’examiner la base de données d’EWG ou, de rechercher une certification de produits valides telle qu’une estimation d’Eco-échelle de Whole Foods. Des produits tels que le « Meliora K » ou « Molly Suds » sont l’exemple parfait de produits d’entretiens naturels et non-toxiques qui respectent l’environnement, et votre maison.

2. Parfumer sa maison c’est bien, quand c’est naturel, c’est mieux !

Après avoir cuisiné, l’odeur persiste? Nombreux sont ceux qui utilisent des parfums d’intérieurs et encens pour désodoriser leur maison. Et pourtant, l’élimination des produits que contiennent des parfums est souvent complexe voire impossible. C’est pour cette raison que nous vous conseillons de vous résoudre à des solutions naturelles et surtout non-toxiques ! Attention, ceci ne signifie pas que vous devez jeter aux oubliettes les savons à l’odeur délicieuse et lotions parfumées!

 

Il faut savoir que le parfum est un terme utilisé par les fabricants qui l’emploient pour décrire tout ce qui change l’odeur d’un produit. Nous vous recommandons donc fortement de rester vigilants quant aux «fakegrances » c’est-à-dire tous produits qui exposent un risque pour votre santé. Les problèmes liés à ces parfums s’étendent de l’irritation cutanée, au gain de poids. Certains sont parfois même considérés comme des produits chimiques, qui ne sont en plus de cela, pas forcément étudiés et approuvés par les consommateurs.

 

Notre petite astuce est donc de rechercher des mots clés comme par exemple « inodores » sur chaque produit que vous achetez, et de choisir pour des produits à bases d’huiles essentielles si l’odeur est importante pour vous. Sinon, optez pour la méthode DYT! Prenons l’exemple du citron (reconnu pour ses bien-faits antiseptiques ) et du bicarbonate de soude. En utilisant un pulvérisateur, vous pouvez grâce à cette potion magique vous débarrasser des odeurs de tabac froid, ou de cuisine riche. Certains produits à usage quotidien se révèlent, en réalité, très efficaces quand on veut faire un peu de ménage, n’hésitez donc pas à consulter des blogs où se nichent mille et unes astuces comme « La belle adresse ». Il existe aussi des tutoriels qui vous expliquent comment réaliser vous-même vos parfums d’intérieurs, que vous pouvez par exemple retrouver sur le site «Conso Globe».

 

3. Et que ça frotte !

 

Qui dit ménage, dit huile de coude. Parce que oui, après avoir passé un temps incalculable mais nécessaire à nettoyer votre maison, vous ressentez une sorte de sentiment de bien-être et de satisfaction assez profond. Et pourtant, si nous vous disions que vos produits d’entretiens ménagers polluent votre environnement de vie, vous nous répondriez surement qu’au moins désormais, c’est propre.

Désolés de mettre fin à vos illusions, mais … ce n’est pas tout à fait juste. La pollution de l’air intérieur est malheureusement en grande partie due aux produits ménagers que vous utilisez. Les produits chimiques qu’ils contiennent, s’avèrent être fortement nocifs pour la santé, et sont bien trop souvent utilisés à forte dose. Sans une aération contrôlée de votre logement (au moins 10 minutes par jour), vous polluez durablement l’air que vous respirez. Notre petite astuce et donc de substituer aux produits ménagers ordinaires des produits naturels, qui sont pour autant tout aussi efficaces.

C’est le cas par exemple du savon noir. Liquide ou sous forme de pâte, ce produit n’est pas forcément onéreux, et vous permet de nettoyer toute votre maison de façon naturelle. Il possède de nombreuses vertus, et vous permet d’assainir votre maison sur le long terme. Multi-tâches, il nettoie, dégraisse, dé-tache… et peut être utilisé pour nettoyer vos sols mais aussi pour laver votre linge. Non il ne s’agit pas d’une publicité mensongère qui vous garantie une combinaisons d’actions révolutionnaires. En réalité, il s’avère tout simplement efficace pour faire disparaître les tâches tenaces des vêtements. Pour ce faire, il suffit de retourner le vêtement, de frotter le savon noir sur la tâche, de le remettre à l’endroit et de rincer abondamment.

Ce n’est donc pas un hasard si le savon noir fait son « come back » et revient sur le devant de la scène ces dernières années.

4. Détoxifiez votre consommation électrique !

En plus de l’aspect environnemental, gérer sa consommation électrique peut s’avérer être une solution économique. Opter pour les énergies renouvelables garantit un environnement de vie plus sain, l’air que vous respirerez chez vous portera moins de toxines que si vous utilisiez des énergies fossiles.

Souscrire un contrat auprès de fournisseurs de garanties d’électricité verte, c’est s’engager dans la transition énergétique, et bénéficier d’une transparence totale sur l’origine de l’électricité consommée. Dès lors, vous aurez la certitude qu’il y a autant d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables que votre consommation sur le réseau électrique.

Notre astuce ? Comparer les différentes offres de garanties d’origines d’électricité verte afin de profiter des prix les plus intéressants et de choisir les offres les plus favorables à la protection de l’environnement. Rendez-vous sur notre comparateur pour obtenir le détail des différentes offres grâce à des critères et caractéristiques précis. L’économie par rapport à EDF, le respect de l’environnement, le prix mensuel, l’abonnement mensuel et le prix au kWh permettent ainsi de choisir l’offre la plus adaptée à vos critères de recherche. Notre comparateur a la particularité d’accompagner l’indice de « respect de l’environnement » d’un indicateur qui précise si les fournisseurs soutiennent les centrales électriques utilisant de l’énergie renouvelable en France, ou non. Soyez vigilants à ce que le fournisseurs que vous choisissez produise l’électricité en France, et non pas à l’étranger!

Désormais, vous n’avez plus aucune excuse pour détoxifier votre maison ! En plus d’une utilisation de produits naturels, nous pouvons vous garantir qu’adopter ce type de comportement permet de faire des économies, tout en protégeant votre famille et l’environnement ! Ce n’est pas beau ça ?

 

Auteur : Emma Kakon

 

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.

Comment parler du changement climatique à sa famille ?

Comment parler du changement climatique à sa famille ?

Aujourd’hui, nous souhaitons vous parler d’un projet qui nous tient particulièrement à coeur puisqu’il porte sur l’énergie renouvelable. Pour tout vous dire on l’a trouvé particulièrement … brillant ! Rassurez-vous, nous n’allons pas faire durer le suspens. Alors parlons des Centrales Villageoises Photovoltaïques!

Les Centrales Villageoises Photovoltaïques, c’est quoi?

Les Centrales Villageoises sont des sociétés locales qui ont pour but de développer les énergies renouvelables sur un territoire, en associant citoyens, collectivités et entreprises locales. Leur projet ? Louer les toitures des particuliers et des bâtiments communaux, afin d’y installer des panneaux photovoltaïques et produire de l’électricité verte.

La démarche consiste, dans un premier temps, à instaurer un dialogue de confiance avec les citoyens. Un projet privé-public ne doit pas effrayer et décourager les foules. Celui-ci se fonde sur la transparence de son déroulement. Les ressources produites vont permettre l’essor et l’indépendance énergétique de la ville. Les bénéfices générés vont, eux, permettre de mettre en place des actions de sensibilisation et de créer de nouveaux projets locaux. Ils seront aussi redistribués auprès des sociétaires. Pour garantir un déroulement optimal et prouver la crédibilité de cette opération, ce sont de véritables professionnels qualifiés et locaux qui l’encadrent. Ainsi les ressources produites génèrent réellement des retombées économiques locales.

La coopérative se rémunère grâce à la vente de l’électricité produite au fournisseur d’électricité, selon les tarifs d’achat fixés et garantis par L’État, sur 20 ans. Elle est gouvernée de manière transparente et démocratique, une personne est égale à une voix.
Ce projet d’appropriation de l’énergie se veut ouvert au plus grand nombre avec une entrée en participation modérée, le montant des parts sociales est de 50 €.

Ce qui fait l’originalité de ce type de projet, ce sont ses avantages: le respect du paysage et de l’environnement de la région, le partage équitable de la totalité des richesses créées, et la contribution au développement local.

La commune des Haies l’a fait !

Tout a commencé en 2002, lorsque cette petite commune d’environ 900 habitants a décidé de s’unir autour la solidarité, la responsabilité et l’écologie. Deux ans plus tard, les décisions sont votées à l’unanimité et permettent au conseil de gestion de finaliser le projet.

Aujourd’hui, les résultats sont là! Huit bâtiments sont équipés de panneaux photovoltaïques, quatre d’entres eux sont des bâtiments publics et les quatre autres privés. Au total ils représentent une surface de 523 m2 de toiture, pour une puissance de 76 kWc.

Auteur : Emma Kakon

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.