Agir sur son empreinte carbone : pourquoi, comment ?

par | Fév 8, 2019 | Lifestyle

Les notions d’empreinte carbonede neutralité carbone ou encore de compensation carbone sont régulièrement à la Une en ce moment.

Si vous suivez un peu l’actualité, vous avez dû voir entre autres que « l’Union Européenne veut être neutre en carbone 2050 », «La BNP Paribas s’engage à la neutralité carbone d’ici la fin de l’année », « La ville de Paris prévoit de devenir une ville neutre en carbone », etc. Même le célèbre mensuel féminin Grazia nous proposait ses 5 conseils pour réduire son empreinte carbone.

Ainsi, que ce soit au niveau des individus, des entreprises, des localités voire des pays, l’empreinte carbone est un sujet qui nous concerne tous.

Il n’est pas rare d’entendre autour de soi « Pourquoi s’embêter à changer ses habitudes ? Cela ne changera rien de toute façon ». Cela est évidemment FAUX et on vous explique tout de suite pourquoi et comment agir sur votre empreinte carbone !

Pourquoi se préoccuper de l’empreinte carbone ? 

Selon le Global Footprint Network, l’« empreinte carbone » est la quantité de carbone (généralement en tonnes) émise par une activité, une personne, un groupe ou une organisation, de par sa consommation en énergie et en matières premières.

Cette quantité de carbone, aussi appelée émission de CO2, est relâchée dans l’atmosphère et va contribuer à l’effet de gaz à effet de serre et donc notre fameux réchauffement climatique ! En effet, dans l’idéal, une émission de Co2 est absorbée par la nature environnante à savoir les plantes, la forêt…

Seulement, depuis l’ère industrielle, l’activité humaine libère de plus en plus grandes quantités de CO2 avec notamment l’utilisation des énergies fossiles(charbon, pétrole et gaz) tout en détruisant son écosystème avec la déforestation et l’élevage intensif.

Ce déséquilibre dans l’atmosphère a de nombreuses conséquences que nous connaissons tous comme l’augmentation des températures, qui entraine l’apparition de catastrophes naturelles (séisme, éruption, tsunami, inondation, tempête, cyclone et autres joyeusetés) et rend obligatoire l’achat d’un ventilateur.

Outre le fait que nous n’avons pas tous les moyens d’investir dans une climatisation, il est devenu urgent pour l’environnement de réussir à contenir ce réchauffement en dessous de 2°C.

Pour cela, les émissions de CO2  émises par l’homme doivent tomber à zéro d’ici à 2050 pour un réchauffement global limité à 1,5 °C, ou d’ici à 2075 pour un réchauffement limité à °C. C’est en se basant sur cette théorie que l’Accord de Paris fut le premier accord international à utiliser la notion de neutralité carbone à l’échelle mondiale en 2015.

L’objectif des pays signataires de l’Accord de Paris est d’atteindre ce que l’on appelle « le principe de neutralité carbone » qui consiste à compenser 100 % des émissions de carbone (CO2) d’une organisation, d’une entreprise, d’une administration, d’une institution et même d’un pays. Des mesures ont donc été prises au niveau des villes pour réduire leur impact mais, c’est au niveau de chaque individu, qu’il faut également agir.

La première étape est donc tout d’abord de calculer son empreinte carbone

Calculer son empreinte carbone

Également appelé «bilan carbone » ou « calcul de l’empreinte écologique », le calcul de son empreinte carbone prend en compte l’ensemble du CO2 émises par les différentes activités telles que la consommation d’énergie, les déplacements et voyages, etc.

En 2017, on estimait qu’un ménage français moyen produisait en moyenne 10,7 tonnes de CO2 chaque année.  En effet, quand vous utilisez votre voiture, partez en vacances en avion ou si vous mangez de la viande régulièrement et consommez beaucoup d’énergie, vos émissions de CO2 sont importantes.

Il existe plusieurs outils en ligne vous permettant de faire le calcul comme celui de Carbon Foot Print. Faites le test et obtenez votre score que vous pourrez comparer à la moyenne nationale et mondiale !

Pour ma part, j’ai explosé les plafonds alors que je ne mange pas ou peu de viande, n’ai pas de voiture et utilise principalement les transports en commun quand je ne peux pas me déplacer à pied tout en ayant une consommation modérée. Enfin c’est ce que je pensais !
 
Il semblerait que mes voyages (en Grèce et en Australie pour cette année) ainsi que ma frénésie du shopping ne soient pas compatibles avec mes convictions…
 
Alors maintenant que l’on a repéré le problème, quelles solutions s’offrent à nous ?
 

Diminuer l’impact de son empreinte carbone

La première solution pour moi est donc de chercher à réduire mes activités gourmandes en Co2, maintenant que je sais où le bât blesse.

Pour un ménage, cela peut signifier prendre de nouvelles habitudes de consommation telles que :

–  se déplacer « proprement » en privilégiant la marche, le vélo, les transports en commun ou en investissant dans une voiture électrique

réparer plutôt que de remplacer ses appareils électroniques ou autres fournitures

s’alimenter en énergies renouvelables en passant à un fournisseur d’électricité qui fait l’effort de tracer sa consommation avec des énergies renouvelables

– consommer moins de viande et en profiter pour acheter local

– bref consommer moins et mieux !

Malgré toute votre bonne volonté, il est possible que ces efforts ne suffisent toutefois pas ! Une autre solution est donc d’avoir recours au système de « compensation carbone ».

La compensation carbone consiste à réduire ou neutraliser une tonne de carbone dont vous n’êtes pas responsable pour compenser celle émise par votre propre consommation.

Vous pouvez pour cela acheter des crédits carbone servant à financer des projets qui peuvent être de plusieurs ordres, comme des projets d’énergies renouvelables, des plantations d’arbres, ou de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ou directement investir dans ces projets en passant par des plateformes dédiées

Ce qui est important à retenir est que cette quantité de carbone peut se trouver à l’autre bout du monde car les gaz à effet de serre ont un impact à l’échelle mondiale !

Ainsi, les émissions de CO2 produite par l’avion de mon vol France-Australie peuvent tout à fait être compensées par la plantation d’une forêt en Amazonie.

Source : www.info-compensation-carbone.com

Et vous de votre côté, quelles sont les actions que vous avez mis en oeuvre pour réduire votre empreinte carbone ? À titre personnel ou bien dans le cadre de votre activité ? Une des premières actions que vous pouvez faire est de partager cet article pour informer un maximum de personne de l’intérêt de se préoccuper de son empreinte carbone ! 😉

Auteur : Charlotte Fayat

Nous sommes l'agence de promotion de l'électricité verte.

Alors que la France figure tristement parmi les derniers en Europe à consommer de l’électricité verte avec 6% seulement, des millions de français cherchent à agir en marchant pour le climat ou en luttant contre l'écologie punitive.

Faire le choix de l'électricité verte, c'est décarboner notre air, soutenir une économie pérenne, locale et assurer un futur vivable pour nos enfants.

« Pas besoin d'être Président de la République pour sauver le monde. »

Notre objectif : faire de la France le premier pays 100% renouvelable.

100

Ce que l'on fait

On facilite le changement vers une offre verte.

Utiliser notre comparateur.

On décortique l'actualité énergétique qui compte.

Voir l'actualité décryptée

On fait des dossiers sur l'écosystème énergétique.

Voir nos dossiers

On recense les acteurs qui se mettent au vert.

Consulter notre annuaire.

On fait une curation de l'actualité importante.

Voir notre Twitter

On interviewe les personnes qui font bouger les choses.

Lire nos interviews.